2 min de lecture Justice

Attentat déjoué à Villejuif : "Beaucoup d'éléments accablent" Sid Ahmed Ghlam

Relevé GPS, ADN, sang... Plusieurs indices concordent pour mettre en cause l'étudiant de 24 ans, suspecté d'avoir tué Aurélie Chatelain et préparé un attentat avorté contre une église.

Sid Ahmed Ghlam, suspecté d'avoir préparé des attentats à Paris
Sid Ahmed Ghlam, suspecté d'avoir préparé des attentats à Paris Crédit : Capture d'écran iTélé
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

L'un des avocats de la famille d'Aurélie Châtelain, tuée en avril à Villejuif le jour où un attentat a été évité, a appelé samedi le principal suspect Sid Ahmed Ghlam à "en dire plus" car "beaucoup d'éléments l'accablent" malgré ses dénégations.

Sid Ahmed Ghlam a affirmé vendredi au juge d'instruction qu'il était bien dans cette ville du Val-de-Marne le 19 avril, avec "un autre individu". Mais il a contesté "toute responsabilité dans la mort d'Aurélie Châtelain et a également affirmé avoir fait ce qu'il fallait pour empêcher la commission d'un attentat ce jour-là", selon ses avocats Matthieu de Vallois, Gilles-Jean Portejoie et Christian Benoît.

Mis en examen et écroué, l'étudiant algérien de 24 ans est au contraire suspecté d'avoir tué la jeune femme, touchée d'une balle dans sa voiture, alors qu'il projetait de commettre une attaque contre au moins une église de Villejuif, à la demande de ses commanditaires, soupçonnés d'être installés en zone irako-syrienne.

"Il faut qu'il en dise plus, car pour l'instant la réalité du dossier ne correspond pas du tout à ses déclarations", a déclaré samedi l'un des avocats de la famille d'Aurélie Châtelain, Antoine Casubolo Ferro. "Il faut qu'il s'explique sur toutes les preuves et les traces qui donnent la certitude qu'il a été en contact avec Aurélie Châtelain", a-t-il insisté.

Des indices d'importance

À lire aussi
Des CRS au contact de "gilets jaunes" samedi 1er décembre 2018 Amnesty international
Manifestations : Amnesty dénonce la loi, utilisée comme "arme de répression" en France

L'exploitation de son GPS a attesté de la présence de Sid Ahmed Ghlam à Villejuif, à l'heure où Aurélie Châtelain a été tuée le 19 avril. Au tout début de l'enquête, le procureur de Paris François Molins avait expliqué que la balle avait été tirée avec un revolver du suspect, dont l'ADN a aussi été trouvé dans le véhicule de la jeune femme. Du sang de la victime a en outre été retrouvé sur la parka de Sid Ahmed Ghlam.

"On aimerait bien qu'il nous explique pourquoi Aurélie est morte si ce n'est pas lui", a poursuivi Me Casubolo Ferro. "Et s'il y avait un complice, il doit nous dire de qui il s'agit." Vendredi, les avocats de Sid Ahmed Ghlam n'ont donné aucun détail sur l'"autre individu" évoqué dans leur déclaration.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Terrorisme Attentats en France
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants