2 min de lecture Gendarmerie

7.603 gendarmes et policiers blessés dans l'exercice de leur fonction en 2014

REPLAY - Les forces de l'ordre ont constaté une véritable radicalisation des violences et agressions alors que 7.603 gendarmes et policiers ont été blessés l'an dernier.

RTL Petit Matin - Julien Sellier RTL Petit Matin Julien Sellier iTunes RSS
>
7.603 gendarmes et policiers blessés dans l'exercice de leur fonction en 2014 Crédit Image : PHILIPPE HUGUEN / AFP | Crédit Média : Georges Brenier | Durée : | Date : La page de l'émission
Georges Brenier et Claire Gaveau

L'émotion sera grande à Roye. Une cérémonie en hommage au gendarme de 44 ans, tué lors d'une fusillade dans un camp de gens du voyage, est organisée ce mardi 1er septembre à Amiens. Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, sera présent alors qu'en 2014, 7.603 gendarmes et policiers ont été blessés dans l'exercice de leurs fonctions.

Un chiffre qui révèle "une absence de respect de ce que représentent les forces de l'ordre" et "une absence de respect de la loi", selon Pascal Lalle, directeur central de la sécurité publique. "Souvent ce sont les mêmes personnes qui revendiquent très fortement que la loi s'applique aux autres et qui refusent qu'elle s'applique à eux. Donc on a des comportements qui sont irrationnels, agressifs à l'encontre des policiers ou des gendarmes et allant même jusqu'à porter atteinte à leur intégrité physique", a-t-il déploré. 

Une radicalisation sans précédent

Les policiers par exemple comptent 20 blessés par jour, comme ceux que les chauffards reversent pour éviter d'être verbalisés. Autre cas de figure ? Les gendarmes agressés à coups de couteau ou par arme à feu. L'augmentation de ces agressions est impressionnante avec une hausse de 59% en 2014. Un déchaînement de violence qui préoccupe vivement les autorités. "Je suis très engagé sur ce dossier pour apporter des équipements de protection, comme des gilets par balle, des casques pour mieux les former en terme d'interventions professionnelles et les accompagner en terme de soutien psychologique car la menace à laquelle nous sommes confrontés nous oblige à bouger", a déclaré le général Denis Favier, grand patron de la gendarmerie nationale, 

Le résultat sur le terrain ? Des policiers et des gendarmes souvent écœurés face à une radicalisation sans précédent des agressions qui découlent souvent d'affaires ultra banales concernant "Monsieur et Madame tout le monde". "Le sens du service public qui les anime et la mission d'aide et d'assistance aux personnes en détresse font que cela prime dans leur état d'esprit leur permettant de garder leur dynamique et leur entrain pour faire leur travail", a conclu Pascal Lalle. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gendarmerie Police Fusillade
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants