1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Syrie : la Russie appelle à "un accord le plus tôt possible" avec les États-Unis
2 min de lecture

Syrie : la Russie appelle à "un accord le plus tôt possible" avec les États-Unis

Le chef de la diplomatie russe appelle les États-Unis à "une coopération honnête" sur le conflit syrien, tandis que Moscou vient d'annoncer "une pause humanitaire" à Alep, deuxième ville syrienne ravagée par des bombardements.

Des Casques blancs dans les ruines d'Alep, le 3 juin 2016
Des Casques blancs dans les ruines d'Alep, le 3 juin 2016
Crédit : THAER MOHAMMED / AFP
Clémence Bauduin & AFP

Le temps presse. Mercredi 2 novembre, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a appelé les États-Unis à un "accord le plus tôt possible" sur la Syrie. La veille, Moscou a annoncé "une pause humanitaire" à Alep, deuxième ville syrienne ravagée par des bombardements. "Il faut que nous nous mettions d'accord, le plus tôt possible serait le mieux", a déclaré Sergueï Lavrov, à l'issue d'entretiens à Athènes avec son homologue grec Nikos Kotzias.

Pas question pour autant de se plier à la volonté des Américains. "Les États-Unis sont une grande puissance, mais cela ne veut pas dire que nous allons jouer selon leurs règles", a ajouté le ministre des Affaires étrangères russe, selon la traduction grecque de ses propos en russe. Celui-ci faisait allusion à une récente déclaration du président américain Barack Obama qui aurait dit, selon lui, que les États-Unis devaient définir les règles de jeu en Syrie.

Presque un an a passé depuis et nous attendons les résultats.

Sergueï Lavrov, chef de la diplomatie russe

"Nous espérons que nos partenaires vont tirer les conclusions nécessaires afin d’œuvrer pour une coopération honnête (...) et arriver à une solution politique qui va impliquer à la fois le gouvernement (syrien) et les forces de l'opposition", avait auparavant indiqué le ministre russe. Les États-unis doivent selon lui aider à appliquer la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, qui condamne le soutien des groupes extrémistes en Syrie. "Quand nous avons adopté cette résolution, je me souviens des propos du secrétaire d'État américain John Kerry. Il avait dit 'quiconque souhaite participer à une solution politique ne doit jamais être lié aux terroristes'", a rappelé Sergueï Lavrov. "Presque un an a passé depuis et nous attendons les résultats de ces propos", a-t-il ajouté. 

Les Occidentaux ont accusé Moscou d'avoir probablement commis des crimes de guerre à Alep pendant des bombardements aveugles pour soutenir l'offensive du gouvernement syrien. Depuis septembre 2015, Moscou procède à des bombardements en Syrie pour soutenir son allié de longue date, Bachar al-Assad. En visite officielle à Athènes dans le cadre de la coopération bilatérale des deux pays, qui ont proclamé 2016 comme année de l'amitié greco-russe, Sergueï Lavrov s'est également entretenu avec le Premier ministre grec Alexis Tsipras, qui a rappelé les liens forts entre la Grèce et la Russie.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/