1 min de lecture Syrie

Syrie : cinq militaires libanais tués lors de heurts

Cinq militaires libanais ont été tués dans des affrontements avec des hommes armés à la frontière avec la Syrie.

Les membres d'un groupe djihadiste, en Syrie. (illustration)
Les membres d'un groupe djihadiste, en Syrie. (illustration) Crédit : AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Cinq militaires libanais, dont un officier, ont été tués vendredi 23 janvier dans des affrontements avec des hommes armés à la frontière avec la Syrie, a annoncé l'armée libanaise dans la soirée.

"L'armée libanaise (...) a perdu un certain nombre de soldats morts en martyrs dans des échanges de tirs entre les militaires et des groupes terroristes près de Ras Baalbeck", indique l'armée qui a donné la liste des noms des victimes, dont le lieutenant Ahmad Mahmud Tabikh.

Les militaires libanais attaqués par 200 hommes

"Il y a des martyrs et des blessés dans les rangs de l'armée libanaise et nous avons tué et blessé plusieurs des assaillants", avait déclaré une source militaire, sans donner davantage de précisions. L'armée refuse généralement de donner un chiffre exact de victimes dans ses rangs avant d'avoir prévenu les familles.

Environ 200 hommes armés venus des collines de Qalamoun en Syrie ont attaqué tôt vendredi matin les positions militaires libanaises et l'armée a utilisé des hélicoptères pour les repousser.

À lire aussi
Les troupes kurdes, à Bardarash, non loin de Mossoul (Illustration) armée
Syrie : des rescapés du 13 novembre lancent un appel pour soutenir les Kurdes

L'armée avait affirmé que "des organisations terroristes ont attaqué un poste avancé de l'armée sur une colline mais les soldats ont réussi à les repousser et continuent à les pourchasser". Elle n'avait pas donné de bilan car les opérations continuaient.

Les accrochages les plus violents depuis août

L'attaque a eu lieu à 5 km du village chrétien de Ras Baalbeck, un secteur entouré de localités chiites tenues par le Hezbollah qui soutient militairement le régime syrien de Bachar Al-Assad. L'armée avait la veille désamorcé dans la région une voiture piégée.

Les monts de l'Anti-Liban séparent les deux pays avec Qalamoun du côté syrien et la plaine de la Békaa du côté libanais.

Il s'agit des accrochages les plus violents depuis août lorsque l'armée et des jihadistes venus de Syrie s'étaient affrontés dans la région d'Aarsal. Depuis, les jihadistes du Front Al-Nosra et ceux du groupe Etat islamique détiennent en otage 25 policiers et soldats libanais.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syrie Moyen-orient Affrontements
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants