1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Présidentielle américaine 2016 - Le Top 5 : Bernie Sanders convoqué à la Maison Blanche par Obama
2 min de lecture

Présidentielle américaine 2016 - Le Top 5 : Bernie Sanders convoqué à la Maison Blanche par Obama

L'objectif, le convaincre de se ranger derrière Hillary Clinton pour resserrer les rangs démocrates face à Donald Trump

Bernie Sanders convoqué à la Maison Blanche par Obama
Bernie Sanders convoqué à la Maison Blanche par Obama
Crédit : Mandel Ngan / AFP
Philippe Corbé & Paul Véronique

Le résultats de la Californie n’étaient pas tombés lorsque Clinton a prononcé son discours historique de désignation à Brooklyn, pas plus lorsque Sanders a parlé à Santa Monica. Clinton a bien gagné la Californie, premier état américain, bastion démocrate, que Sanders espérait emporter pour partir avec les honneurs. 
Comment convaincre le sénateur du Vermont, grisé par sa popularité tardive, lui qui a passé sa vie en politique en marge du parti démocrate, qu’il est temps désormais de se retirer en douceur ?

Les démocrates ont déjà été indulgents, cela fait des mois qu’on sait que sa victoire est improbable, plusieurs jours qu’elle est désormais mathématiquement impossible. Mais il tient à rester en course. Jusqu’à la convention de Philadelphie. Au moins jusqu’à mardi prochain, la primaire du District de Columbia (la ville de Washington).
Clinton ne veut pas brusquer ses électeurs, les plus à gauche, le plus jeunes, elle en a besoin. Alors c’est Barack Obama qui va lui mettre la pression en le convoquant ce jeudi à la Maison Blanche. 

Clinton speech

Au lendemain du discours historique de Clinton, pour la première fois une femme désignée candidate d’un grand parti à la Maison Blanche, la radio de New York WNYC a la bonne idée de ressortir cette archive. Le discours prononcé par Hillary Rodham en 1969 pour une cérémonie à son université de Wellesley, en 1969. 

"Le défi maintenant est de pratiquer de la politique pour rendre possible ce qui semble impossible."

Trump hotel

À lire aussi

Signe que la campagne présidentielle agressive de Donald Trump ne sert pas forcément ses affaires ? L’empire à son nom, mené désormais par sa fille Ivanka, lance une nouvelle chaîne d’hôtels, destinée aux jeunes millennials… sans que le nom Trump apparaisse ! Alors que c’est la base de la fortune Trump, accoler son nom à des produits pour le vendre plus cher, des hôtels aux steaks, des cravates aux vins.

American Apparel

A l’occasion du Pride Month, le mois de la fierté, qui marque l’anniversaire de la révolte de Stonewall et du début du mouvements pour les droits des homosexuels, la chaine de vêtements American Apparel, fabriquée à Los Angeles et donc Made in USA, lance une série de vêtements pour se moquer de Donald Trump.  Elle détourne son slogan "Make America Great Again" en "Make America Gay Again". On trouve même sa célèbre casquette rouge qu’il porte parfois dans ses meetings.

Buzzfeed ne veut pas de l’argent de Trump

Le site Buzzfeed a prévenu le parti républicain qu’il refuserait les publicités vantant les mérites de Donald Trump. Ces espaces publicitaires avaient été achetés par le parti avant même que Donald Trump soit désigne candidat. 

"Nous n’aimons pas renoncer à des revenus (…) Cependant, dans certains cas nous faisons des exceptions : nous ne diffusons pas de publicités pour les cigarettes parce qu’elles présentent un danger pou notre santé. Et nous n’acceptons pas les publicités pour Trump pour la même raison." 

Selon Politico, la perte serait de $1.3 million.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/