2 min de lecture Bosnie

Massacre de Srebrenica : le Premier ministre serbe dénonce un "crime monstrueux"

Le Premier ministre Serbe est à Srebrenica pour commémorer les 20 ans du massacre, un "crime monstrueux" qui a fait près de 8.000 morts.

Des femmes bosniaques se rendent sur la tombe d'un de leurs frères, mort à Srebrenica en 1995.
Des femmes bosniaques se rendent sur la tombe d'un de leurs frères, mort à Srebrenica en 1995. Crédit : DIMITAR DILKOFF / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le Premier ministre serbe Aleksandar Vucic a condamné samedi un "crime monstrueux" commis à Srebrenica il y a 20 ans par les forces serbes bosniennes, lorsque 8.000 musulmans avaient été tués. 

"Vingt ans se sont écoulés depuis le terrible crime à Srebrenica. Il n'y a pas de mots que quiconque pourrait prononcer pour exprimer sa tristesse et ses regrets pour les victimes, ni sa colère à l'égard de ceux qui ont commis ce crime monstrueux", a écrit M. Vucic dans une lettre ouverte, sans toutefois employer le mot "génocide". 

La Serbie refuse obstinément d'accepter qu'un génocide a été perpétré. Le sujet anime toujours les débats sur la scène politique internationale et reste une question qui empoisonne les relations entre la Serbie et la Bosnie.

Le Premier ministre serbe rencontre les familles des victimes

Arrivé sur les lieux samedi matin pour rendre hommage aux victimes, Aleksandar Vucic a été brièvement conspué par un groupe de participants aux cérémonies, avant d'entrer dans un hangar pour y signer le livre de condoléances. Il s'est entretenu avec des mères de victimes, dont l'une lui a donné une longue accolade.

Il y a vingt ans, en juillet 1995, alors que la région était déclarée "zone protégée" par l'ONU, quelque 8.000 hommes et garçons musulmans ont été tués à Srebrenica par les forces serbes bosniennes, la pire tuerie en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

C'est mon obligation de m'incliner devant les victimes

Aleksandar Vucic
Partager la citation
À lire aussi
Deux policiers dans le centre-ville de Sarajevo (illustration) attentat
Bosnie : deux militaires tués, la piste islamiste pas écartée

"C'est mon obligation de m'incliner devant les victimes, c'est un acte qui nous définit pour l'avenir et cet avenir commun (avec les musulmans, ndlr) ne peut être sacrifié au nom d'un égoïsme personnel ou national, cela n'a pas lieu d'être au milieu de toutes ces tombes", a écrit M. Vucic.

Vingt personnes au total ont été mises en accusation par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) pour des crimes commis à Srebrenica en juillet 1995. Toutes ont été arrêtées et transférées à La Haye.

Quatre condamnations pour génocide

Lors des cérémonies de commémoration, les cercueils de 136 victimes identifiées du massacre de juillet 1995 seront mis en terre vers 11h. Environ 50.000 personnes, dont des proches des victimes et des survivants, sont attendues. A ce jour, 6.241 victimes retrouvées et identifiées ont été enterrées au mémorial de Srebrenica et 230 autres dans d'autres cimetières.

Quatorze condamnations, dont quatre pour le crime de génocide, ont été prononcées pour ce massacre alors que trois procès, contre quatre hommes, sont toujours en cours.

En avril 2015, le général Zdravko Tolimir, considéré comme le bras droit du chef des Serbes de Bosnie Ratko Mladic, a été condamné à la prison à perpétuité. L'ancien chef du renseignement et de la sécurité a été reconnu, entre autres, coupable de génocide.

Le massacre de Srebrenica
Le massacre de Srebrenica Crédit : AFP
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bosnie Serbie Massacre
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants