2 min de lecture ETA

L'organisation basque ETA fait son mea culpa

L'organisation basque ETA a publié un communiqué dans le journal "Gara" dans lequel elle reconnaît le "mal" qu'elle a causé et demande "pardon" aux victimes.

Ancien logo de l'ETA, 23 février 2018 à Bermeo
Ancien logo de l'ETA, 23 février 2018 à Bermeo Crédit : ANDER GILLENEA / AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

L'organisation clandestine basque ETA a reconnu le "mal" qu'elle a causé pendant sa lutte armée pour l'indépendance du Pays basque et demandé pardon aux victimes, dans un communiqué publié vendredi par le journal basque Gara

L'ETA affirme cependant qu'elle n'est pas seule responsable des souffrances au Pays basque espagnol. "La souffrance existait avant la naissance de l'ETA et a continué après qu'elle a cessé la lutte armée", affirme le texte que publie Gara, son canal habituel de communication.
 
"Nous avons causé beaucoup de douleur et des dommages irréparables. Nous voulons manifester notre respect aux morts, aux blessés et aux victimes des actions de l'ETA... Nous le regrettons sincèrement", dit le communiqué publié à l'approche de la dissolution annoncée de ce groupe qui a tué plus de 800 personnes en plusieurs décennies de lutte contre l'Etat espagnol. 

ETA demande à "tous de reconnaître les responsabilités"

"ETA, organisation socialiste révolutionnaire basque de libération nationale, veut reconnaître par cette déclaration le mal causé au cours de sa trajectoire armée, et manifester son engagement à surmonter définitivement les conséquences du conflit et à éviter qu'il se répète", annonce le texte. 

Mais si l'ETA, qui s'en est pris souvent aux forces de l'ordre et aux représentants de l'Etat, exprime ses "regrets" pour toutes les victimes, elle demande plus particulièrement "pardon" aux civils pris dans la tourmente. "Nous savons que, obligés par les nécessités de tout type de lutte armée, notre action a nui à des citoyens et des citoyennes sans aucune responsabilité. Nous avons aussi causé des torts graves qui ne sont pas réparables. Nous demandons pardon à ces personnes et à leurs familles", dit-elle. 

À lire aussi
Jose Antonio Urrutikoetxea, alias "Josu Ternera" lors d'une manifestation à Bilbao (Espagne) en août 2002 terrorisme
Terrorisme : un ancien chef de l'ETA arrêté en France après 17 ans de cavale

Sans mettre en cause nommément l'Etat espagnol, l'ETA demande à "tous de reconnaître les responsabilités et les torts causés" et s'engage à œuvrer à la réconciliation. Le gouvernement espagnol a réagi ce vendredi 20 avril dans un communiqué estimant que ce mea culpa "n'est qu'une nouvelle conséquence de la force de l'Etat de droit qui a vaincu l'ETA avec les armes de la démocratie"". Il ajoute également que "cela fait très longtemps que l'ETA aurait dû demander pardon". 

L'organisation clandestine fondée sous la dictature de Francisco Franco a renoncé en 2011 à la lutte armée. Elle devrait annoncer formellement sa dissolution le 5 ou le 6 mai prochain dans le Pays Basque français, selon plusieurs sources. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
ETA Pays basque Espagne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793087312
L'organisation basque ETA fait son mea culpa
L'organisation basque ETA fait son mea culpa
L'organisation basque ETA a publié un communiqué dans le journal "Gara" dans lequel elle reconnaît le "mal" qu'elle a causé et demande "pardon" aux victimes.
https://www.rtl.fr/actu/international/l-organisation-basque-eta-fait-son-mea-culpa-7793087312
2018-04-20 09:24:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/PxXwq49NAXXKyrrJpUtN4g/330v220-2/online/image/2018/0420/7793089677_ancien-logo-de-l-eta-23-fevrier-2018-a-bermeo.jpg