3 min de lecture Allemagne

VIDÉO - Chute du mur de Berlin : l'Allemagne est en fête

VIDÉO - Les Allemands célèbrent le 25e anniversaire de la chute du Mur de Berlin ce dimanche 9 novembre 2014.

Des Allemands s'apprêtent à célébrer l'anniversaire de la chute du Mur le 8 novembre 2014
Des Allemands s'apprêtent à célébrer l'anniversaire de la chute du Mur le 8 novembre 2014 Crédit : MAJA HITIJ / DPA / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le monde a les yeux rivés sur Berlin ce dimanche 9 novembre. De l'autre côté du Rhin, les habitants de la capitale célèbrent les 25 ans de la chute du Mur avec une fête populaire et un hommage à ceux qui, le 9 novembre 1989, ont fait tomber la dictature est-allemande avec des bougies.

Plus d'un million de visiteurs allemands et étrangers sont attendus pour commémorer cet événement qui a sonné la fin de la Guerre froide et annoncé la Réunification de l'Allemagne et de l'Europe, selon l'organisme de tourisme Visit Berlin. Le bonheur infini des Allemands de se retrouver ce soir-là, après 28 ans de séparation douloureuse marquée souvent par des drames familiaux, figure parmi les images les plus fortes du XXe siècle.

7.000 lumières

Quelque 7.000 ballons lumineux, symbolisant les bougies des Allemands de l'Est réclamant plus de liberté à un régime stalinien vieillissant, seront lâchés dans les airs à partir de 19h20 locales (18h20 GMT). "Cette ville a écrit (une page) d'Histoire", a commenté la chancelière Angela Merkel, qui a grandi en RDA. "Le besoin humain de liberté ne peut pas être étouffé éternellement", a-t-elle assuré lors d'une intervention au musée de la Neue Nationalgalerie samedi soir.

>
Berlin fête les 25 ans de la chute du Mur Crédit Image : dailymotion | Crédit Média : Raphaëlle Logerot, Marion Payet / AFPTV / AFP | Date :

A la différence du 20e anniversaire, aucun chef d'État ou de gouvernement en exercice n'a été invité, afin de mieux rendre hommage à la population. Le dernier dirigeant d'URSS, Mikhaïl Gorbatchev, 83 ans, largement crédité d'avoir permis la réunification allemande, participait ce week-end à diverses manifestations, tout comme l'ancien leader du syndicat polonais Solidarnosc, Lech Walesa.

Nouvelle Guerre froide ?

À lire aussi
Un patient atteint du coronavirus examiné par plusieurs médecins à l'hôpital universitaire de Aachen, dans l'ouest de l'Allemagne, le 10 novembre 2020. santé
Coronavirus en Allemagne : les restrictions sanitaires prolongées jusqu’au printemps ?

Lors d'une rencontre de la fondation "Cinema for Peace" consacrée aux "Murs dans le monde", Gorbatchev a estimé que le monde était "au bord d'une nouvelle Guerre froide". "Certains disent qu'elle a déjà commencé", a ajouté l'octogénaire.

Les festivités, dont le mot d'ordre est "Le courage de la liberté", doivent connaître leur apogée avec ce lâcher de ballons lumineux qui, depuis ce vendredi soir, marquent sur une quinzaine de kilomètres le tracé de l'ancien Mur, au son de l'Ode à la joie de Beethoven, l'hymne de l'Union européenne.

Le programme des festivités

Les premiers décolleront de la Porte de Brandebourg, les derniers du pont de la Bornholmer Strasse, premier point de passage entre Berlin-Est et Berlin-Ouest ouvert le 9 novembre 1989 vers 23h30. Le garde-frontière est-allemand Harald Jäger, qui a donné l'ordre d'ouvrir la barrière ce soir-là pour laisser se déverser une marée humaine, a confié à l'AFP qu'il participerait à l'événement.

Ce samedi déjà, de nombreux Berlinois se sont rendus sur le site, en famille ou entre amis. A la nuit tombée, certains arboraient des lampes frontales pour mieux suivre le tracé d'un Mur qui entourait Berlin-Ouest sur 155 km, faisant de la ville une île au coeur de la RDA.

De nombreux touristes se sont également massés ce samedi sur la Potsdamer Platz, un no man's land avec miradors et barbelés durant la partition de Berlin, et qui aligne désormais tours futuristes et centres commerciaux. 

Ces commémorations ont "une grande importance pour moi car la chute du Mur a marqué mon histoire personnelle", explique à l'AFP Ronny Kraft, 34 ans, originaire de l'ancienne Allemagne de l'Est. "Je ne serais sans doute pas à Berlin, s'il n'y avait pas eu la chute du Mur et j'habite en outre quasiment le long de son ancien tracé", ajoute ce Berlinois né à Görlitz, à la frontière germano-polonaise. Il a d'ailleurs prévu de se rendre ce dimanche au Mémorial du Mur où la chancelière doit inaugurer une nouvelle exposition permanente.

Avant, elle déposera une gerbe de roses au pied du Mur, en souvenir des plus de 130 personnes tuées entre le 13 août 1961 et le 9 novembre 1989. La dirigeante conservatrice, qui a entamé sa carrière politique dans la sillage du 9 novembre 1989, doit également participer à un service œcuménique dans "la chapelle de la réconciliation" où sont données depuis 2005 des prières pour les victimes du Mur.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Allemagne Mur de Berlin Europe
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants