1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Haïti annonce des élections pour la seconde moitié de 2015
1 min de lecture

Haïti annonce des élections pour la seconde moitié de 2015

Des élections auront finalement lieu en Haïti en 2015, a annoncé le gouvernement.

Le président haïtien Michel Martelly (au centre) entourée de la Première dame Sophia Martelly et du Premier ministre Evans Paul rendent hommage aux victimes de l'accident du carnaval de Port-au-Prince, le 17 février 2015.
Le président haïtien Michel Martelly (au centre) entourée de la Première dame Sophia Martelly et du Premier ministre Evans Paul rendent hommage aux victimes de l'accident du carnaval de Port-au-Prince, le 17 février 2015.
Crédit : HECTOR RETAMAL / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Le gouvernement haïtien a annoncé ce dimanche que des élections locales, législatives et présidentielles auraient lieu en 2015, après des années d'incertitude politique dans ce pays des Caraïbes. Le premier tour des élections législatives aura lieu le 9 août, le 25 octobre se tiendront le second tour des législatives, le premier tour de la présidentielle et les élections locales, et un éventuel second tour de la présidentielle aura lieu le 27 décembre, a annoncé dans un communiqué le ministère de la Communication.

Le président haïtien Michel Martelly s'engage à "faciliter des élections libres, crédibles, indépendantes, transparentes et ouvertes", ajoute le ministère. Il n'y a pas eu d'élections depuis trois ans et le mandat du Parlement a expiré en janvier dernier, ce qui a laissé Martelly en position de dirigeant unique de Haïti, un pays appauvri où de violentes manifestations de rue ont parfois lieu.

Un président en position de dirigeant unique

Martelly a tenté de calmer la situation en nommant Premier ministre un responsable de l'opposition, Evans Paul, et en signant un accord sur la tenue d'élections d'ici la fin de l'année.

Des opposants de Martelly, un chanteur populaire devenu homme politique, l'accusent d'avoir manipulé la crise pour provoquer l'effondrement du Parlement afin de gouverner par décrets - comme l'ont fait les dictateurs qu'a connus Haïti dans le passé. Le camp du président réplique en accusant l'opposition d'avoir saboté les tentatives d'organiser des élections en refusant de voter une nouvelle loi qui créerait une commission électorale chargée de surveiller les scrutins. La communauté internationale est de plus en plus préoccupée par le risque que la crise politique n'entrave les efforts de reconstruction lancés à Haïti après le séisme dévastateur de 2010.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/