3 min de lecture Fusillade usa

Fusillade à Orlando : pourquoi le Pulse est un club emblématique de la cause LGBT aux États-Unis

Ce club d'Orlando, en Floride, est endeuillé après avoir été le théâtre d'un massacre au cours duquel 50 personnes ont perdu la vie.

Des Américains rendent hommage aux victimes de l'attentat à Orlando dans le club gay Pulse
Des Américains rendent hommage aux victimes de l'attentat à Orlando dans le club gay Pulse Crédit : Bryan R. Smith / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Carnage, massacre, horreur... Les États-Unis sont meurtris après la tuerie qui a eu lieu dans une boite de nuit gay, le Pulse, à Orlando. À 2h02, Omar Seddique Mateen a fait irruption dans le club, muni d'un pistolet 9mm, d'un fusil d'assaut AR-15 et de munitions, après avoir appelé les secours et prêté allégeance à Daesh. Après avoir tiré dans la foule, des survivants ont été pris en otage pendant des heures. Quelques minutes plus tard, à 2h09, le Pulse poste ce message glaçant sur sa page Facebook : "Sortez tous et courez". Un bilan provisoire fait état de 50 personnes décédées et 53 blessés. L'auteur de l'attaque a été abattu par les policiers d'élite du SWAT.

Un jeune Américain, présent dans la boite de nuit, raconte les scènes apocalyptiques au micro de RTL : "On va au Pulse, les gens dansent et tout à coup, on entend des tirs (...) J'ai cru que j'étais en Afghanistan. On a vu des gens tomber, il y avait du sang partout (...) Mon ami a quant à lui couru se cacher dans les toilettes", se rappelle-t-il. C'est à ce moment précis qu'il perd sa trace. L'homme a l'impression d'avoir été abandonné par les autorités. "Où était la police" pendant que ça tirait "encore, encore et encore", s'énerve le jeune homme.

Un lieu "d'amour et d'acceptation"

En plein mois de la Gay Pride aux États-Unis, le Pulse est désormais connu dans le monde entier comme étant le théâtre de l'attaque terroriste la plus meurtrière depuis les attentats du 11 septembre 2001. Ce club a été fondé en 2004 par Barbara Poma. En 1991, sa famille est touchée par un drame et Barbara Poma va perdre son frère John, emporté par le sida. Elle décide alors de lui rendre hommage "de toutes les manières possibles", festives ou militantes, en "réveillant les consciences" sur l'homosexualité et la cause LGBT, en fondant avec Ron Legler ce club. 

Sur son site internet, Pulse se décrit comme "un univers de divertissement et de fantasme". La fondatrice a posté un message dans lequel elle explique que "comme tout le monde dans le pays, je suis dévastée par les événements horribles qui ont eu lieu aujourd'hui. Pulse, et les hommes et les femmes qui y travaillent, ont été ma famille pendant près de 15 ans. Dès le début, Pulse a servi comme un lieu d'amour et d'acceptation pour la communauté LGBT. Je tiens à exprimer ma profonde tristesse et mes condoléances à tous ceux qui ont perdu des êtres chers. Ma douleur et mon cœur sont avec vous". 

En référence aux battements du coeur

À lire aussi
La campagne contre les fusillades fait polémique aux États-Unis États-Unis
États-Unis : une campagne choc contre les fusillades

Dans des propos rapportés par USA Today, Baraba Poma raconte qu'"ayant grandi dans une famille italienne stricte, être gay était mal vu. Toutefois, lorsque John a fait son coming-out, la famille est passée d'une culture de la tradition stricte à l'acceptation et à l'amour".

Elle poursuit en ajoutant qu'"il était important de créer une atmosphère qui a embrassé le style de vie gay avec un décor qui rendrait John fier. Nous avons inventé le nom Pulse pour le rythme cardiaque de John. Dans ce club qui est l'inspiration de John, il est maintenu en vie dans les yeux de ses amis et de sa famille". Pulse fait aujourd'hui partie d'un réseau communautaire dynamique en Floride.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Fusillade usa Orlando États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants