1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Frappes américaines en Syrie : "Le début d'un engrenage dangereux", selon Mariani
2 min de lecture

Frappes américaines en Syrie : "Le début d'un engrenage dangereux", selon Mariani

INVITÉ RTL - Le député des Français de l'étranger fustige la réaction "impulsive" et "dangereuse" de Donald Trump, qui a fait bombarder une base aérienne du régime syrien dans la nuit du 6 au 7 avril.

Thierry Mariani
Thierry Mariani
Crédit : AFP
Frappes américaines en Syrie : "Le début d'un engrenage dangereux", selon Mariani
06:02
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

Donald Trump a surpris la planète entière. Dans la nuit du 6 au 7 avril, le président américain a donné l'ordre à son armée de bombarder une base aérienne du régime syrien en réaction à l'attaque chimique, imputée à Bachar Al-Assad, qui a fait au moins 86 morts. Pour Thierry Mariani, député des Français de l'étranger, estime que l'on "est au début peut-être d'un engrenage qui peut se révéler extrêmement dangereux. On semblait se diriger vers une solution où chacun était d'accord pour que le gouvernement syrien fasse partie des négociations. On a l'impression d'être revenu en arrière."

Le député ne remet pas en question l'attaque chimique en tant que telle, mais s'interroge sur l'auteur du gazage. "La moindre des choses avant d'entamer des représailles, c'est d'avoir une enquête sérieuse", explique-t-il, fustigeant ainsi la réaction "impulsive" et "dangereuse" de Donald Trump. "Ce genre d'attaques n'a aucune utilité stratégique (...) Il y a indéniablement un message de politique intérieure."

Le régime syrien n'est pas un ennemi de la France

Thierry Mariani, député des Français de l'étranger

Celui qui s'est rendu en Syrie à trois reprises pointe les deux versions existantes : la première, défendue par la Turquie et les ONG, assure que "les Syriens ont fait un bombardement au gaz". Les Syriens et les Russes défendent, quant à eux, l'hypothèse, selon laquelle ils auraient "bombardé des entrepôts", dans lesquels "il y avait du gaz". Thierry Mariani, qui n'exclut pas le deuxième scénario, ajoute : "On sait très bien que les terroristes ont aussi une maîtrise du gaz." Et de conclure sur la stratégie française : "L'ennemi de la France, c'est le terrorisme. Le régime syrien n'est pas un ennemi de la France. Dans cette guerre civile en Syrie, il faut avant tout combattre tous ceux qui sont alliés aux terroristes et faire en sorte que l'armée syrienne respecte un certain nombre de règles de la guerre."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/