1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. États-Unis : un divorce à (seulement) un milliard de dollars
1 min de lecture

États-Unis : un divorce à (seulement) un milliard de dollars

L'ex-femme d'un roi du pétrole américain devra se contenter de cette somme, alors qu'elle réclamait beaucoup plus.

Harold Hamm et son ex-femme Sue Ann au gala des 100 personnalités les plus influentes du magazine "Time" le 24 avril 2012 à New York
Harold Hamm et son ex-femme Sue Ann au gala des 100 personnalités les plus influentes du magazine "Time" le 24 avril 2012 à New York
Crédit : Fernando Leon / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Il a versé près d'un milliard de dollars à son ex-épouse et, pourtant, c'est une victoire pour ce magnat du pétrole américain. À l'issue d'une des procédures de divorce les plus chères de l'histoire, la justice a donné raison à Harold Hamm en appel. 

Ce magnat du pétrole, l'une des plus grosses fortunes des États-Unis, avait épousé en 1988 Sue Ann, alors avocate dans sa compagnie pétrolière, sans signer de contrat de mariage. Celle-ci avait demandé le divorce en 2012 et un premier jugement lui avait octroyé un milliard de dollars ((911 millions d'euros) en 2014. Sue Ann avait alors fait appel, estimant qu'elle méritait plus. 

Sue Ann a déjà encaissé le chèque

Mais Sue Ann devra se contenter de cette compensation. La plus haute cour de l'État de l'Oklahoma a donné raison à Harold Hamm contre sa femme. 

La raison ? Sue Ann Arnall avait "déjà encaissé le chèque", d'après la décision de justice publiée sur le site internet de la Cour suprême de l'Oklahoma. Elle a donc perdu son droit de faire appel. 

Fortune dans le pétrole

À écouter aussi

Harold Hamm, 69 ans, est l'une des plus grosses fortunes d'Amérique. Il possède 68% du groupe pétrolier Continental Resources. Une part évaluée à près de 14 milliards de dollars (12,8 milliards d'euros), d'après le magazine Fortune

Le magazine Time l'incluait dans sa liste 2012 des 100 personnes les plus influentes du monde, soulignant qu'il devait une grande partie de sa fortune à l'utilisation de la technologie de la fracturation hydraulique (ou "fracking"), jugée très polluante par les écologistes.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/