2 min de lecture Amérique du Nord

États-Unis : la première boîte à bébé très contestée

Dans l'Indiana, la première boîte du pays pour accueillir les bébés abandonnés pourrait bientôt être installée, ce qui provoque déjà le débat.

GPA : le TGI de Nantes ordonne d'inscrire à l'état civil trois enfants nés à l'étranger
GPA : le TGI de Nantes ordonne d'inscrire à l'état civil trois enfants nés à l'étranger Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Elle ressemble à s'y méprendre à une boîte aux lettres sauf qu'une porte est parsemée de trous : l'Indiana pourrait bientôt installer des boîtes pour bébés abandonnés, une première dans le pays qui suscite déjà une vive controverse.

Cette pratique, très répandue au Moyen Âge, avait disparu au XIXème siècle en Europe mais elle a revu le jour notamment en Allemagne en 1999, après la découverte de bébés morts de froid dehors. En France, elle a été interdite en 1904 puis remplacée par l'accouchement sous X.

L'abandon d'un nourrisson déjà possible

Onze pays européens, la Chine, le Japon, la Malaisie et la Corée du sud utilisent ces couveuses extérieures. La "baby box" telle qu'envisagée dans cet État sera non seulement climatisée mais aussi dotée de trois alarmes.

Pourtant l'Indiana dispose déjà d'une loi, nommée "Safe Haven" (lieu sûr), qui permet d'abandonner anonymement son enfant, dans un hôpital, une caserne de pompiers ou un commissariat de police. Mais l'auteur de cette proposition de boîtes estime que les mères ne sont pas toujours "au courant" de l'existence de ces lieux d'abandon. 

À lire aussi
animaux
"Il faut interdire les ventes d'animaux sur internet", demande le président de la SPA

Ou bien elles refusent de les utiliser par "crainte du face-à-face" et laissent leurs bébés dehors. "Pas de honte, pas de culpabilité, pas de noms", estime la présidente de l'association Safe Haven Baby Boxes, qui a inspiré le texte, et qui a elle-même été abandonnée dans un hôpital par sa mère après un viol.

Le texte sera-t-il présenté ?

Mais pour une autre association, Save Abandoned Babies, il s'agit d'une très "mauvaise idée". Ces boîtes "empêchent la mère de recevoir une aide médicale" après l'accouchement ou bien d'avoir un "contact personnel" qui leur permet, dans 25% des cas, de choisir l'adoption ou un programme parental au lieu de l'abandon.

En plaçant son enfant dans une boîte, la mère n'a pas non plus "la consolation d'avoir mis son bébé dans les bras de quelqu'un", soutient-elle. Surtout, "l'idée que ce qu'elle est en train de faire est 'mal' et qu'elle devrait avoir honte de ce qu'elle fait est renforcée", insiste Save Abandoned Babies.

L'ONU non plus ne voit pas ces boîtes à bébés d'un bon œil, au nom du droit de l'enfant à connaître ses origines. Face à une telle polémique, la présidente de la commission du Sénat de l'Indiana sur la Santé hésite désormais à présenter le texte.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Amérique du Nord Bébé États-Unis
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants