1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Des traders s'associent à des hackers ukrainiens et empochent jusqu'à 100 millions d'euros
2 min de lecture

Des traders s'associent à des hackers ukrainiens et empochent jusqu'à 100 millions d'euros

Aidés par des hackers, des traders de plusieurs pays ont pu accéder aux données financières de grandes entreprises, engrangeant au moins 100 millions de dollars de gains illégaux.

Les traders se basaient sur les données financières d'entreprises américaines pour anticiper les cours de la bourse (illustration).
Les traders se basaient sur les données financières d'entreprises américaines pour anticiper les cours de la bourse (illustration).
Crédit : KAZUHIRO NOGI / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Une fraude à l'échelle internationale, qui aurait fait gagner jusqu'à 100 millions de dollars à ses organisateurs. Mardi 11 août, les autorités américaines ont poursuivi des dizaines de traders, accusés d'avoir obtenu illégalement des données secrètes de grandes entreprises avec l'aide de mercenaires-hackers.

"Les accusés ont perpétré une fraude internationale en hackant les serveurs d'au moins deux services de communiqués de presse et en volant (...) des informations portant sur les résultats d'un nombre d'entreprises cotées qui n'étaient pas encore disponibles pour le grand public", explique le gendarme de la Bourse, la SEC. Deux hackers ukrainiens et une trentaine de courtiers américains et internationaux, dont deux Français, sont mis en cause dans l'affaire. Mardi 11 août, neuf personnes ont ainsi été inculpées dans des opérations menées en parallèle par les antennes du New Jersey et de Brooklyn du département de la Justice (DoJ). 

Des sociétés de publication de communiqués d'entreprises visées par les attaques

La fraude, qui a eu lieu entre février 2010 et mai 2015, était basée sur des cyberattaques menées contre trois sociétés américaines et canadiennes de publication de communiqués d'entreprises : BusinessWire, PR Newswire et Marketwired. Les fraudeurs ont ainsi pu mettre la main sur des informations essentielles avant tous les autres courtiers, et notamment sur les fusions-acquisitions et autres investissements des sociétés ciblées, selon les autorités américaines. Forts de leur avantage, les traders incriminés pouvaient alors parier à la baisse ou à la hausse sur les titres des sociétés ciblées bien avant que les informations ne soient publiques.  

Parmi ces firmes, on trouve notamment l'avionneur Boeing, le fabricant d'engins de chantier Caterpillar, le constructeur automobile Ford, le groupe informatique Hewlett Packard, Netflix ou encore Bank of America. 

150.000 informations volées aux entreprises ciblées

À écouter aussi

Le principe de la fraude était simple : les traders fournissaient aux hackers une liste des entreprises qui les intéressaient, en précisant quelles informations ils recherchaient. Les hackers entraient dans le système informatique des deux entreprises de diffusion des communiqués, obtenaient ceux-ci et les transféraient aux courtiers fraudeurs. Selon les autorités américaines, quelque 150.000 informations auraient été volées par les fraudeurs, qui communiquaient par email et via des messageries instantanées. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/