2 min de lecture Algérie

Tibéhirine : 22 ans après leur assassinat, les sept moines reconnus martyrs

Les moines de Tibéhirine, assassinés en 1996 en Algérie, ont été déclarés martyrs par le pape. Un acte qui ouvre la voie à la béatification de ces sept religieux.

Sur cette photo, six des sept moines de Tibéhirine enlevés en mars 1996 (Archives).
Sur cette photo, six des sept moines de Tibéhirine enlevés en mars 1996 (Archives). Crédit : AFP
109996784729281669890
Clarisse Martin
et AFP

Les moines de Tibéhirine, assassinés en Algérie en 1996, ont été déclarés martyrs samedi 27 janvier par le pape François. Une reconnaissance qui ouvre la voie à la béatification de ces sept religieux dont la mort reste entourée de zones d'ombre. Les sept moines français font partie d'un groupe de dix-neuf "martyrs" tués en Algérie entre 1994 et 1996 qui vont être béatifiés.

Les frères Christian, Bruno, Christophe, Célestin, Luc, Paul et Michel, âgés entre 45 ans et 82 ans, avaient été enlevés en mars 1996 dans leur monastère de Notre-Dame de l'Atlas, à 80 km au sud d'Alger. Leur mort avait été annoncée le 23 mai par un communiqué du Groupe islamique armé (GIA). 

"Rendre hommage aux 19 martyrs chrétiens signifie rendre hommage à la mémoire de tous ceux qui ont donné leur vie en Algérie dans les années 1990", avait récemment commenté le moine trappiste Thomas Georgeon, postulateur (avocat) de la cause, dans un entretien au mensuel Mondo e missione, de l'Institut pontifical des missions étrangères. 

À lire aussi
Un exercice de prise en charge d'une épidémie de choléra (illustration) maladie
Symptômes, traitement... Qu'est-ce que le choléra ?

De multiples rebondissements depuis 20 ans

"Les évêques algériens souhaitent que la béatification puisse être célébrée en Algérie, à Oran, diocèse de Mgr Claverie", indique le moine français, qui avait été reçu en septembre par la pape au Vatican en compagnie de l'archevêque d'Alger et de l'évêque d'Oran. 
Parsemée de zone d'ombres, la thèse officielle de la mort des sept moines de Tibéhirine avait été rapidement remise en question après les faits. L'affaire a connu en 20 ans de multiples rebondissements et autres aléas diplomatiques.
                   
Un premier doute était apparu lorsque le procureur général (à l'époque) de l'ordre des cisterciens trappistes, le père Armand Veilleux, venu en Algérie fin mai 1996 pour les hommages, avait demandé à reconnaître les corps. Dans les cercueils, qui avait déjà été plombés, il n'avait découvert que les têtes des moines, un secret caché aux familles. 
Il faudra toutefois attendre 2004 pour qu'une enquête judiciaire soit ouverte en France, après une plainte d'une famille.

Les circonstances de la mort des moines encore floues

Les juges français avaient demandé en 2012 à se rendre en Algérie pour exhumer les crânes des moines. Après des reports, la visite avait finalement eu lieu en 2014, mais faute de pouvoir ramener les prélèvements, les experts français avaient dû se contenter de leurs constatations sur place. 

Prudentes, leurs conclusions de juin 2015 contredisent les conditions de la mort décrites dans la revendication du GIA. Ainsi, l'"hypothèse d'un décès entre le 25 et le 27 avril 1996", soit plus de trois semaines avant la date annoncée dans la revendication, leur apparaît "vraisemblable". Des traces d'égorgement n'apparaissent que pour trois religieux mais tous présentent des signes de décapitation après la mort, ce qui accrédite la thèse d'une mise en scène. 

C'est à la suite d'un long bras de fer avec Alger que la justice française était finalement parvenue, en 2016, à rapporter en France des échantillons de crânes dans l'espoir de tirer des conclusions sur les circonstances et la date précises de la mort des moines. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Algérie Religions Pape François
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792009643
Tibéhirine : 22 ans après leur assassinat, les sept moines reconnus martyrs
Tibéhirine : 22 ans après leur assassinat, les sept moines reconnus martyrs
Les moines de Tibéhirine, assassinés en 1996 en Algérie, ont été déclarés martyrs par le pape. Un acte qui ouvre la voie à la béatification de ces sept religieux.
https://www.rtl.fr/actu/international/22-ans-apres-leur-assassinat-les-sept-moines-de-tibehirine-reconnus-martyrs-7792009643
2018-01-27 20:34:25
https://cdn-media.rtl.fr/cache/P1z2s2ME8ozf7g6knh3W5g/330v220-2/online/image/2014/0903/7774091355_000-par2003120945150.jpg