3 min de lecture François Hollande

Voeux présidentiels : François Hollande a surtout cherché à corriger ses erreurs

CHRONIQUE - L'Élysée avait promis des vœux de "combat" et de "confiance" mais le président a voulu avant tout tourner la page d'une année qui s'est mal finie.

François Hollande lors de ses voeux télévisés, le 31 décembre 2013.
François Hollande lors de ses voeux télévisés, le 31 décembre 2013.
Micro générique
La rédaction numérique de RTL

François Hollande a présenté, ce mardi soir, les deuxièmes vœux de son quinquennat. L'occasion de purger 2013, année qui a vu le président empêtré dans les statistiques du chômage, plombé par le ras-le-bol fiscal, impopulaire mais aussi atteint dans son image personnelle.

François Hollande a donc voulu se débarrasser de ses deux boulets : le chômage et les impôts. Sur le chômage, le mot "courbe" a disparu de son vocabulaire. "L'inversion de la courbe" a été remplacée par cette "bataille pour l'emploi" qu'il faut "gagner". François Hollande s'est montré prudent : il y a des résultats mais "ils seront forcément longs à apparaître".

Une approche plus libérale

Ce changement de vocabulaire marque un changement d'approche, beaucoup plus libérale : les emplois aidés, c'est bien, mais maintenant François Hollande compte sur le privé pour prendre le relais. Il propose même un deal aux patrons : moins de charges mais des embauches.

Réduire la dépense publique

L'impôt est "lourd, trop lourd", constate le président. Il brandit alors un autre épouvantail, qui peut aussi surprendre dans la bouche d'un socialiste : la dépense publique. Il faut la réduire, en finir avec les "excès et abus" des dépenses de la Sécurité sociale. François Hollande s'engage à faire des économies sur tout le quinquennat. Une manière de faire oublier la douloureuse du jour : la TVA qui augmente.

Un président de plus en plus centriste

À lire aussi
Les anciens présidents François Hollande et Nicolas Sarkozy. politique
"Même d'outre-tombe des ex peuvent encore revenir", lance Valérie Trierweiler

Le président s'affiche de plus en plus centriste quand il s'en prend à l'impôt, aux charges trop lourdes des entreprises, aux "abus" de la Sécurité sociale, au déficit public ou qu'il réaffirme la grandeur de la France. Et c'est une orientation qu'il assume seul. C'était "moi, je" dans ses vœux de ce 31 décembre. Pas un mot sur Jean-Marc Ayrault ou ses ministres. Message subliminal : "C'est moi qui tire les ficelles. Je peux tout changer en 2014."

Mobiliser pour les élections européennes

Autre fait marquant : à la fin de ses vœux, François Hollande, président de tous les Français, redescend dans l'arène politique, et lance la bataille des européennes. Il ne cite aucun parti mais tout le monde a bien compris. Quand il dit qu'il faut "promouvoir une majorité politique tournée vers l'emploi et la solidarité, et non vers l'austérité et l'égoïsme national", cela signifie : "Votez PS, et pas pour le FN ou l'UMP."

C'est étonnant si tôt, six mois avant. Il y a 5 ans, Nicolas Sarkozy n'avait fait aucune allusion à la campagne des européennes dans ses vœux. Un tel empressement peut s'expliquer par le spectre du Front national, premier parti de France. C'est une élection à un tour, et symboliquement ce serait dévastateur. Le FN exigerait la dissolution et il faudrait au minimum remanier sous la contrainte.

François Hollande mobilise donc très tôt par peur de l'abstention. Mais aussi par calcul politique. Tout d'abord, le PS qui avait raté les élections en 2009, ne peut pas faire pire cette fois-ci. Ensuite, une majorité de gauche au Parlement européen permettrait de placer le social-démocrate Martin Schulz à la tête de la Commission. Enfin, à Berlin, Angela Merkel dirige un gouvernement gauche-droite, elle est donc plus souple.

François Hollande rêve d'une relance à l'échelle de l'Europe, pour aider la reprise en France. Là encore le président deale : il fait des efforts à Paris, mais Bruxelles doit lui donner de la croissance. Et tout ça vaut bien une entrée en campagne le soir du réveillon.

>
Voeux présidentiels : François Hollande a surtout cherché à corriger ses erreurs Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Hollande François Hollande Emploi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants