1. Accueil
  2. Actu
  3. Economie et Consommation
  4. Internet : les viticulteurs ne veulent pas des domaines en ".vin"
1 min de lecture

Internet : les viticulteurs ne veulent pas des domaines en ".vin"

Des noms de domaines ".vin" ou ".wine" devraient bientôt faire leur apparition sur internet, malgré l'opposition de plusieurs États européens et des producteurs qui y voient une menace.

Des tonneaux de Château-Montrose (Illustration)
Des tonneaux de Château-Montrose (Illustration)
Crédit : MEHDI FEDOUACH / AFP
Marion Dautry
Journaliste

Les sites internet pourraient bientôt s'enregistrer sous des noms de domaine en ".vin", ou son équivalent anglais ".wine". L'Icann, la société de droit californien à but non lucratif chargée, entre autres, de l'autorisation des noms de domaines, a rejeté les requêtes demandant leur non-ouverture.

Les États européens et les producteurs veulent protéger leurs noms

Plusieurs États européens, dont la France, et des associations de producteurs viticoles, s'inquiètent des conséquences de l'apparition de ces extensions sur la réputation de leur production. Les ministres Laurent Fabius et Stéphane Le Foll et la secrétaire d'État Axelle Lemaire ont ainsi écrit le 5 juin au président de la Commission européenne José Manuel Barroso. Ils lui ont demandé de s'opposer à l'attribution de ces extensions qui, selon eux, menaceraient les appellations d'origine contrôlées (AOC) et les Indications géographiques contrôlées (IGC).

Les viticulteurs s'inquiètent notamment de devoir payer pour enregistrer leurs IGC avec l'extension ".vin" ou ".wine", pour empêcher que celles-ci soient utilisées par des imposteurs ou à leurs dépends.

Économie réelle contre économie numérique

C'est une société américaine,Donuts Inc., qui a fait la demande (onéreuse) d'autorisation de ces deux extensions auprès de l'Icann, afin de commercialiser ensuite ces adresses. Deux autres entreprises ont fait une offre sur l'extension ".wine". Depuis, les professionnels du vin et ses défenseurs étatiques cherchent à s'opposer à l'Icann et à lui faire reconnaître et protéger sur internet des normes juridiques appliquées dans le monde réel.

À lire aussi

Le 12 juin, l'Icann a rendu ses conclusions quant aux requêtes qui lui ont été soumises demandant l'annulation de ces offres. Elle explique n'avoir trouvé aucune irrégularité dans la procédure d'attribution et réaffirme son intention d'autoriser ces extensions. La société de son côté peut compter sur le soutien du gouvernement américain.

La procédure d'attribution des extensions ".vin" et ".wine" prendra encore quelques mois, mais l'Icann semble déterminée à la mener jusqu'au bout, estimant non-fondées les inquiétudes soulevées.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/