1. Accueil
  2. Actu
  3. Centrafrique : les soldats oubliés du palais de Bokassa
1 min de lecture

Centrafrique : les soldats oubliés du palais de Bokassa

EM IMAGES - Le palais en ruine de l'empereur Bokassa sert de refuge à 850 ex-séléka chrétiens. Ils y survivent dans des conditions extrêmement difficiles. En attendant de pouvoir reprendre du service dans l'armée, ils s'exercent avec de fausses armes.

Rassemblement militaire dans la cour du Palais
Rassemblement militaire dans la cour du Palais
Crédit : Christophe Decroix / RTL.fr
Christophe Decroix

À Berengo, à 2 heures de la capitale centrafricaine, Bangui, se sont réfugiés 850 anciens soldats du Séléka. Étant chrétiens, ils ne peuvent se rendre dans le Nord, musulman. Ils ne peuvent pas non plus se rendre à Bangui.

Depuis un an, ils survivent dans des conditions extrêmes dans les ruines du palais de l'ex-empereur Jean-Bedel Bokassa. Ces hommes, qui ont entre 18 et 28 ans, aimeraient tourner la page en intégrant la nouvelle armée centrafricaine. N'ayant plus d'armes pour continuer leur entraînement, ils ont fabriqué des armes en bois.

À écouter

Centrafrique : les soldats oubliés du palais de Bokassa
00:02:50
La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.