1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Val d'Oise : EuropaCity, le futur complexe commercial qui divise
2 min de lecture

Val d'Oise : EuropaCity, le futur complexe commercial qui divise

A l'horizon 2020, le groupe Auchan prévoit d'ouvrir d'EuropaCity, un immense centre commercial sur des terres agricoles du Val-d'Oise, un projet contesté par des manifestants ce samedi à Gonesse.

Cinq cents boutiques, des salles de spectacle, un parc aquatique et même une piste de ski sont prévus dans cet immense complexe (image d'illustration).
Cinq cents boutiques, des salles de spectacle, un parc aquatique et même une piste de ski sont prévus dans cet immense complexe (image d'illustration).
Crédit : MARTIN BUREAU / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Plusieurs centaines de personnes ont défilé ce samedi 20 septembre 2014 dans les rues de Gonesse pour s'opposer au gigantesque projet de pôle commercial et de loisirs "EuropaCity", rêvé sur des terres agricoles du Val-d'Oise à l'horizon 2020 par le groupe Auchan.

Cinq cents boutiques, des salles de spectacle, un parc aquatique et même une piste de ski sont prévus dans cet immense complexe, qui nécessite l'urbanisation de quelque 80 hectares de terres agricoles situées dans "le Triangle de Gonesse".

Conçu par Immochan, filiale immobilière du groupe Auchan, ce projet de près de deux milliards d'euros, prévoit la création de 11.500 emplois directs. Pour la municipalité, ce projet est bienvenu dans un contexte socio-économique compliqué. Le maire socialiste Jean-Pierre Blazy a regretté "des positions jusqu'au-boutistes". 

Aucune "pertinence géographique"

Derrière des pancartes "Non à EuropaCity, grand projet inutile" ou "Shopping en ski à Gonesse, mieux qu'à Dubaï", les 240 manifestants (selon la police), ont déambulé jusqu'à l'hôtel de ville pour demander l'abandon du projet.

Scandant "Oui aux champs, non à Auchan", le cortège composé de quelques riverains, de personnalités politiques locales, et de nombreux sympathisants d'associations de défense de l'environnement s'était réuni à l'appel du Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG), qui fédère une vingtaine d'associations hostiles au projet.

Selon un membre du CPTG, également président de Val-d'Oise Environnement, ce "temple de la consommation" pose aussi un problème de "pertinence géographique" alors que "deux centres commerciaux (O'Parinor et Aéroville) sont situés à proximité et déjà en concurrence".

Non à "la bétonnisation de la région"

"On manque plus de terres agricoles que de centres commerciaux ici", a expliqué une riveraine. Venue symboliquement avec une paire de ski, la jeune femme a dit s'être mobilisée pour "défendre les petits commerces de centre ville" et empêcher "la bétonnisation de la région".

Jeudi, le conseil général du département voisin de Seine-Saint-Denis a d'ailleurs adopté un voeu contre le projet, jugeant qu'il "ne répond pas aux enjeux urbains et socio-économiques de l'Île-de-France". Ce projet livrera "au bitume et au béton" des terres agricoles "parmi les plus fertiles de France", a souligné le vice-président du conseil général.

Tout le week-end, la manifestation "Alternatiba Gonesse", qui prévoit débats, concerts et stands associatifs, est installée sur le champ d'un agriculteur exploitant de la commune pour s'opposer à l'urbanisation du Triangle de Gonesse, appelé à accueillir, outre EuropaCity, de nombreuses entreprises et le futur supermétro.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/