4 min de lecture

Une crèche de Noël retirée du conseil général de la Vendée

REPLAY - Découvrez les sujets qui seront abordés dans l'émission "Les auditeurs ont la parole".

Les auditeurs ont la parole - Praud Les auditeurs ont la parole Pascal Praud iTunes RSS
>
Les auditeurs ont la parole du 03/12/2014 Crédit Image : AFP / Archives, Shah Marai | Crédit Média : Vincent Parizot,Christelle Rebière | Durée : | Date : La page de l'émission

Une crèche de Noël retirée du conseil général de la Vendée

Une crèche de Noël, installée dans le hall du conseil général de la Vendée, a été retirée après une décision du tribunal administratif de Nantes, au nom du principe de séparation de l'Église et de l'État, a-t-on appris mardi de sources concordantes.
"Il s'agit d'une crèche de la nativité, donc c'est un emblème religieux, d'une religion particulière", a déclaré Jean Regourd, président de la fédération de la Libre pensée de Vendée.
"A priori, elle ne respecte pas ce que doit être la neutralité des bâtiments publics, de l'État donc, et ne respecte pas la liberté de conscience d'un citoyen qui, rentrant au conseil général, se voit quasiment imposer un emblème religieux et caractérisé comme tel", a-t-il ajouté.
M. Regourd avait saisi le tribunal administratif de Nantes en 2012, après avoir constaté la présence d'une crèche en décembre 2010 lors d'une visite aux archives au siège du département. Il avait envoyé plusieurs courriers restés sans réponse au conseil général pour demander le retrait de cette crèche, au nom de la loi de 1905 et du principe de laïcité, a-t-il expliqué mardi lors d'une conférence de presse.
La loi de 1905 "interdit (...) d'élever ou d'apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l'exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires ainsi que des musées ou expositions", a-t-il rappelé.
"Le respect de la laïcité n'est pas (...) l'abandon de toutes nos traditions et la coupure avec nos racines culturelles. Faudrait-il interdire les étoiles dans les guirlandes de Noël qui décorent nos rues en ce moment, sous prétexte qu'il s'agit d'un symbole religieux indigne d'un espace public ?", a réagi dans un communiqué le conseil général de la Vendée, annonçant qu'il  "fera appel de la décision du tribunal administratif".
Quelle place pour la célébration de Noël dans la France laïque ?Invités du débat de RTL Midi : David Gozlan, secrétaire général de la Fédération Nationale de la Libre Pensée et le Père Pierre Amar, Prêtre du diocèse de Versailles, rédacteur padreblog.fr.

Incendie dans un important entrepôt des Restos du Coeur

Un gros entrepôt des Restaurants du Cœur bénéficiant à 15.000 personnes dans le Pas-de-Calais, un des département les plus pauvres de France, a été totalement détruit par un incendie hier, amenant l'association locale à lancer un appel d'urgence à la solidarité.
Quelque 90 tonnes de produits alimentaires ainsi que trois camions, dont deux frigorifiques, et des chariots-élévateurs sont partis en fumée, selon les responsables des "Restos du Cœur" évaluant les premières conséquences de la catastrophe intervenue au début de la seconde semaine de distribution d'hiver.
Ce centre de stockage, l'un des trois des Restos du Cœur dans le Pas-de-Calais, desservait 46 centres de distribution dans l'ensemble de l'ancien bassin minier du département, d'Aire-sur-la-Lys à Noyelle-Godault, distants de 50 km, et incluant des villes comme Lens, Hénin-Beaumont ou Béthune.

Dans cette zone du septième département le plus pauvre de France et où sévit un chômage dépassant souvent les 20%, selon l'Insee, une quinzaine de milliers de personnes en moyenne recourent aux Restos du Cœur.

La CGT en ébullition après de nouvelles révélations sur Thierry Lepaon

Le numéro un de la CGT, Thierry Lepaon, est ébranlé par de nouvelles révélations, portant cette fois sur ses indemnités. Et  si certains cadres réclament sa démission, d'autres dénoncent une campagne orchestrée contre le syndicat à deux jours d'élections majeures à la Fonction publique.
Déjà sur la sellette après les révélations par le Canard enchaîné sur les travaux onéreux réalisés dans son appartement de fonction (105.000 euros) et son bureau (62.000 euros), M. Lepaon est en butte à des informations parues dans l'Express selon lesquelles avant d'accéder au poste de secrétaire général en 2013, il a perçu des indemnités de départ de la part de la région CGT Basse-Normandie qui  l'employait.
M. Lepaon a lui-même confirmé auprès de l'Express l'existence de cette transaction, n'y voyant toutefois rien d'anormal. "Je changeais d'employeur", s'est-il justifié, alors que dans les deux cas il s'agissait de la CGT. Du montant des indemnités, il ne s'en souvient plus.
Interrogé par l'AFP, un membre de la direction, Alain Alphon-Layre, a affirmé que le bureau confédéral, réuni hier matin a renvoyé l'examen de ce sujet à la Commission exécutive nationale (exécutif élargi) qui se réunira le 9  décembre.
A cette réunion, la commission financière de contrôle devra faire "un point d'étapes" sur l'enquête qu'elle conduit sur "les dépenses de la confédération" suite  à l'affaire de l'appartement.
Mais cette troisième révélation- qui a déclenché mardi des salves de moqueries sur les réseaux sociaux- a fait déborder le vase au sein de la centrale: "Ces trois affaires sont des fautes politiques dont le responsable est le secrétaire général", a affirmé à l'AFP un cadre dirigeant.

Crise à la CGT : faites-vous confiance aux syndicats ? La rédaction de RTL vous invite à voter et donner votre avis à la question du jour !

Crise à la CGT : faites-vous confiance aux syndicats ?
Nombre de votes : 8996 *Sondage à valeur non scientifique

Nous attendons vos commentaires et vos avis. A vous de jouer !

Lire la suite
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7775713481
Une crèche de Noël retirée du conseil général de la Vendée
Une crèche de Noël retirée du conseil général de la Vendée
REPLAY - Découvrez les sujets qui seront abordés dans l'émission "Les auditeurs ont la parole".
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/une-creche-de-noel-retiree-du-conseil-general-de-la-vendee-7775713481
2014-12-03 11:15:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/Oo08qS27qffZeFCmN3jTNw/330v220-2/online/image/2014/1203/7775721196_une-creche.jpg