1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "Un musulman est-il forcément pieux ?", interroge Éric Zemmour
2 min de lecture

"Un musulman est-il forcément pieux ?", interroge Éric Zemmour

REPLAY / BILLET - Le journaliste revient sur un week-end très pieux, où le recteur de la mosquée et l'archevêque de Paris ont rivalisé dans la surenchère concernant les lieux de culte musulmans.

Éric Zemmour
Éric Zemmour
Crédit : Elodie Grégoire
"Un musulman est-il forcément pieux ?", interroge Éric Zemmour
03:19
"Un musulman est-il forcément pieux ?", interroge Éric Zemmour
03:18
Éric Zemmour

"C'était le week-end de Dieu", entame Éric Zemmour, avec d'un côté les chrétiens et les juifs célébrant leur Pâques, et de l'autre les musulmans réunis au Bourget pour le rassemblement annuel de l'Union des organisations islamiques de France (UOIF).

"On se saura jamais quelle fut la voie la plus efficace pour atteindre le Seigneur, mais on a constaté que les musulmans avaient trouvé le meilleur moyen d'accéder au dieu des médias", constate le journaliste.

Il y a 2.000 mosquées en France. "'Doublons ce chiffre !', dit l'un. 'Des mosquées cathédrales', dit l'autre. 'Mais qui paiera ?', répond l'écho suspicieux", narre-t-il. L'État ou les communes ? "Interdit par la loi de 1905 !". L'Arabie saoudite, le Qatar ? "Mais ils sont étrangers !" Les fidèles ? "Mais ils sont pauvres !"

"Un musulman est-il forcément pieux ?", demande Éric Zemmour, pour qui "cet essentialisme ne correspond en rien au canon de la modernité qui ne connaît que le libre-choix individuel". À ses yeux, certains musulmans sont si bien intégrés à la société française qu'ils "adoptent le même comportement d'enfants capricieux que les autres".

À lire aussi

"On construit une mosquée pour un islam pépère venu du bled, et on se retrouve avec une mosquée tenue par des Frères musulmans ou des salafistes", met en garde le journaliste. S'il note que ces deux mouvements ont des "divergences" entre eux et "ne poussent pas tous au jihad", il rappelle qu'ils "ont en commun une lecture littéraliste d'un Coran écrit au Moyen-Âge pour une société de bédouins".

La France est confrontée à un grand classique de son Histoire : le conflit entre une religion universaliste et l'État-nation

Éric Zemmour

Pour lui, "c'est le traditionnel conflit des générations, mais à l'envers, avec des jeunes qui s'avèrent plus rigoristes que leurs anciens". Cette mondialisation version islamique, facilitée par la technologie (télévision par satellite, internet) et la puissance financière des monarchies pétrolières, "a fait exploser toutes les tentatives d'édification d'un islam tricolore".

Éric Zemmour constate que la France est confrontée à un grand classique de son histoire : "Le conflit entre une religion universaliste et l'État-nation". Il insiste sur le fait que c'est aux religions minoritaires de se conformer à la culture issue de la tradition catholique. "C'est le respect impérieux de ces règles qui a fait la France, et c'est son abandon qui la défait", conclut-il.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/