1 min de lecture Air France

Transavia Europe : il faut décider "dans les heures qui viennent", estime Valls

Pour le Premier ministre, il faut "trouver une solution dans les heures qui viennent" concernant la grève des pilotes d'Air France.

Le Premier ministre que le maintien du développement ou non de Transavia Europe doit se décider vite (archives).
Le Premier ministre que le maintien du développement ou non de Transavia Europe doit se décider vite (archives). Crédit : MARTIN BUREAU/AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le premier ministre, Manuel Valls, a déclaré ce mercredi 24 septembre 2014 qu'il fallait "trouver une solution dans les heures qui viennent", pour mettre un terme à la grève des pilotes d'Air France, car selon lui, "Air France est en danger".

"La création de Transavia en France doit être maintenue. Si celle de Transavia Europe doit être conservée ou abandonnée, il faut le décider vite, dans les heures qui viennent", a affirmé le premier ministre qui venait d'inaugurer le "Forum de l'économie positive", organisé au Havre par Jacques Attali.

La grève des pilotes d'Air France est entrée ce mercredi dans son dixième jour sur fond de confusion entre l'entreprise et le gouvernement sur le sort du projet d'expansion en Europe de la filiale low-cost du groupe, Transavia, au coeur du mouvement social.

Cacophonie et confusion

La cacophonie persistait après que le secrétaire d'État français aux Transports, Alain Vidalies, a déclaré que le projet Transavia Europe était "abandonné par la direction"Des propos immédiatement démentis par la compagnie : "Aucun changement dans les négociations ne permet d'affirmer que ce projet est retiré", a affirmé un porte-parole.

Le patron d'Air France, Frédéric Gagey, a ensuite précisé qu'avait été seulement été "retirée" "l'idée de créer maintenant ces filiales". "On a compris qu'il fallait réexpliquer le projet et surtout discuter avec les partenaires sociaux pour trouver les conditions qui permettraient de reprendre", a-t-il ajouté.

Au milieu de cette confusion, dans les aéroports, le conflit se poursuit et se traduit par l'annulation de près de la moitié des vols. Air France, numéro deux européen du transport aérien, prévoit d'assurer 46% des siens, sensiblement comme mardi (48%).

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Air France Transavia Manuel Valls
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants