2 min de lecture SNCM

SNCM : bras de fer entre le gouvernement et les syndicats

DÉCRYPTAGE - À la SNCM, la solution d'un redressement judiciaire évoquée ce samedi par le ministre des Transports est mal accueillie par les syndicats.

Le ferry Jean-Nicoli de la SNCM amarré en Corse.
Le ferry Jean-Nicoli de la SNCM amarré en Corse. Crédit : AFP PHOTO / PASCAL POCHARD-CASABIANCA
Philippe Roy Contancin
Philippe Roy-Contancin Journaliste RTL

Il a suffi de deux mots, "redressement judiciaire", pour que le conflit s'envenime entre le gouvernement et les syndicats de la SNCM. Le ministre des Transports, Frédéric Cuvilliera envisagé cette option pour la première fois publiquement, dans les colonnes de La Provence, samedi 5 juillet.

Selon le ministre des Transports, le redressement judiciaire favorisé par la direction de la SNCM, est " le seul moyen pour redonner un avenir" à la compagnie qui a enregistré 14 millions de pertes en 2012. Mais les salariés, en grève depuis 9 jours, ne l'entendent pas de cette oreille

Une situation financière catastrophique

Habitué à régner sans partage sur la SNCM depuis la fin de la première guerre mondiale, la CGT marseillaise perd la main. Les méthodes musclées de ses marins, allant jusqu'à menacer de morts les familles des hauts fonctionnaires qui l'ont dirigé par le passé, ajoutées au laxisme de l'État pendant un demi-siècle, ont fini par couler la compagnie. 

La privatisation de l'entreprise en 2004 n'a rien arrangé. Les actionnaires n'ont ni amélioré la productivité, ni rajeuni la flotte. La situation est alarmante : 200 millions d'euros de pertes cumulées, 440 millions de subventions à rembourser. 

Le gouvernement appelle au réalisme

À lire aussi
Un bateau de la SNCM à Marseille le 10 juin 2015. justice
SNCM : la France condamnée par la justice européenne

Problème: l'État, actionnaire à 25% de la SNCM, n'a pas d'argent pour renflouer les caisses. Manuel Valls, invité du Journal inattendu de RTL, demande donc aux grévistes de se montrer réalistes.

"C'est important de tenir un langage de vérité et c'est sur cette voie là qu'il faut construire (...) mais en tenant compte de la réalité et de l'état même de cette société, qui est en train de perdre beaucoup d'argent avec cette grève", estime-t-il.

Les syndicats ne cèdent pas

Jamais habitués à céder, les syndicats de la SNCM refusent de négocier sous l'hypothèse d'un redressement judiciaire. Au micro de RTL,  Maurice Perrin, délégué CFE-CGC, exige de négocier avec le Premier ministre.  "Je demande à Manuel Valls de s'engager solennellement à étudier toutes les solutions que nous portons et que nous voulons lui soumettre nous-mêmes", dit-il.

Reste que samedi soir, la situation était plus proche du bras de fer que de la négociation. 

>
SNCM : bras de fer entre le gouvernement et les syndicats Crédit Média : Philippe Roy-Contencin | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
SNCM Marseille Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants