2 min de lecture Sarcelles

Sarcelles : un policier en pleine séparation tue trois personnes et se suicide

RTL MIDI : Sarcelles : un policier en pleine séparation tue trois personnes et se suicide ; Faut-il interdire la cigarette dans les films français ?

Les auditeurs ont la parole - Praud Les auditeurs ont la parole Pascal Praud iTunes RSS
>
Les auditeurs ont la parole du 20 novembre 2017 Crédit Image : Julien Fautrat/RTL | Crédit Média : Stéphane Carpentier,Christelle Rebière | Durée : | Date : La page de l'émission
AFP

Un policier de 31 ans, "bon fonctionnaire" apprécié de sa hiérarchie, et qui était en instance de séparation, a tué samedi soir à Sarcelles (Val-d'Oise) trois personnes avec son arme de service et blessé grièvement sa petite amie avant de se suicider. 

Au lendemain de ce drame, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a affirmé que les policiers pourraient rester armés hors service, une disposition prise après les attentats de 2015. 

Il est 20H45 samedi quand Arnaud Martin, gardien de la paix au sein de la Compagnie de Sécurité et d'Intervention à Paris et résident à Eaubonne (Val-d'Oise), se rend après son service à Sarcelles, dans la banlieue parisienne. 

Là, il retrouve sa petite amie "qui l'attendait pour discuter de leur séparation dans sa voiture", à proximité du pavillon de ses parents, selon un communiqué du procureur de la République de Pontoise, Eric Corbaux.  

La discussion s'envenime, le fonctionnaire sort son arme et tire, la blessant grièvement au visage. L'état de la jeune femme est stabilisé et son pronostic vital n'était plus engagé dimanche en fin d'après-midi, a précisé le parquet.  

Arnaud Martin abat ensuite deux personnes qui auraient tenté de s'interposer. D'abord un homme âgé de 30 ans, qui écoutait de la musique dans sa voiture et "venait voir ce qui se passait".  

Puis un autre passant, âgé de 44 ans. Ce dernier "était sorti acheter des cigarettes. Il s'apprêtait à souffler ses bougies d'anniversaire", a témoigné sa belle-soeur.
                               
Le gardien de la paix se rend ensuite au pavillon de la famille de sa petite amie, à une dizaine de mètres de là, où il tue le père de famille, blesse grièvement au thorax la mère tandis que la soeur de la jeune femme reçoit une balle dans le fémur. Dimanche soir, la mère se trouvait toujours dans un état critique.   

Le policier, qui a également abattu le chien de la famille, est "retrouvé mort d'une balle dans la tête, son arme à la main, au fond du jardin", selon le parquet. 

"C'est quelqu'un qui, à un moment donné, déraille totalement. Comme il est armé, il peut tirer. C'est le drame de la police", a relevé Gérard Collomb.

Après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, les policiers avaient obtenu le droit de garder leur arme de service en permanence. 

Une disposition pérennisée et encadrée par plusieurs circulaires depuis l'été 2016: les agents souhaitant porter leur arme hors service doivent en faire la déclaration et avoir effectué au moins trois entrainements de tir par an. A tout moment, le chef de service peut s'y opposer. 

La rédaction vous recommande

Cinéma : faut-il interdire la cigarette dans les films français ?

Faut-il interdire la cigarette dans les films français ? RTL vous invite à répondre à la question du jour.

Cinéma : faut-il interdire la cigarette dans les films français ?
Nombre de votes : 6305 *Sondage à valeur non scientifique
Lire la suite
Sarcelles Policiers Armes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants