1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Réseaux sociaux : plus d'un jeune sur deux s'est déjà senti harcelé
2 min de lecture

Réseaux sociaux : plus d'un jeune sur deux s'est déjà senti harcelé

Une étude menée par une association britannique montre qu'Instagram est le réseau social où les jeunes se feraient le plus harceler.

Un téléphone portable (image d'illustration)
Un téléphone portable (image d'illustration)
Crédit : Thinkstock
Eleanor Douet
Eléanor Douet

Les réseaux sociaux sont plébiscités par les jeunes et pourtant ces plateformes ne sont "sûres" que pour à peine 6% d'entre eux, selon le rapport annuel de Ditch The Label, une association britannique de lutte contre le harcèlement, paru mi-juillet et repéré par Le Figaro. Toutes plateformes confondues, 54% des jeunes estiment avoir été harcelé en ligne, que ce soit en raison de son apparence physique, de son orientation sexuelle ou de ses centres d’intérêts.

Instagram arrive en tête des réseaux sociaux où le harcèlement est le plus fréquent, suivent Facebook et Snapachat. Friands des réseaux sociaux, les moins de 20 ans ne sont pourtant que 6% à les considérer comme des lieux "sûrs". Le harcèlement est principalement exercé via des messages privés où les insultes et les moqueries priment. La propagation de fausses rumeurs est également utilisée pour atteindre certains utilisateurs.

Des harceleurs plus nombreux qu'il n'y parait

Si certains se font harceler, ceux qui exercent ces méthodes sont très nombreux. Ainsi, l'étude britannique souligne que 69% des jeunes reconnaissent avoir déjà manqué de respect à une personne sur les réseaux sociaux. "Cela passe par le partage d’une capture d’écran d’un statut ou d’une photo, ou encore par la création d’un faux profil usurpant l’identité de la victime", note Le Figaro

Trois quarts des jeunes interrogés disent se connecter au moins une fois par jour sur les réseaux sociaux. Un usage intensif qui multiplie les risques de harcèlement.

Réseaux sociaux et santé mentale

À écouter aussi

Ces comportements qui peuvent apparaître comme de simples "blagues" pour certains ont pourtant une influence majeure sur la santé mentale de certains utilisateurs. Une étude britannique menée par la Royal Society For Public Health a soulevé cette corrélation. 

Ces 25 dernières années, le taux de dépression des 14-24 ans aurait ainsi augmenté de 70%. À cela s'ajoutent les troubles du sommeil, de l’alimentation et la perte de confiance en soi.

Cette étude note qu'Instagram est considérée comme la plateforme la plus néfaste, quand YouTube est au contraire vu comme plus bénéfique, car elle permet d’exprimer ses émotions et ressentis et favorise la création d’une identité propre", note Le Figaro.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/