1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Professions réglementées : les artisans demandent la fin de "l'amalgame"
1 min de lecture

Professions réglementées : les artisans demandent la fin de "l'amalgame"

Les artisans ont protesté ce mercredi contre "l'amalgame" fait selon eux entre les professions réglementées, accusées de bénéficier d'une rente, et l'artisanat.

L'Union professionnelle des artisans a dénoncé l'amalgame fait entre les professions réglementées et l'artisanat (illustration).
L'Union professionnelle des artisans a dénoncé l'amalgame fait entre les professions réglementées et l'artisanat (illustration).
Crédit : AFP / KENZO TRIBOUILLARD
La rédaction numérique de RTL & AFP

Dans un communiqué publié ce mercredi 16 juillet, l'Union professionnelle des artisans (UPA) a réagi à la publication, mardi par Les Échos, d'un rapport de l'Inspection générale des Finances sur les professions réglementées : "L’UPA constate que ce rapport fait un amalgame pour le moins surprenant entre certaines professions réglementées et les entreprises artisanales".

"Est-il nécessaire de rappeler que (...) les entreprises artisanales ne s'acquittent d'aucune charge pour s'installer et surtout ne disposent d'aucun monopole légal ni d'aucune rente de situation", s'agace l'organisation.

La crise subit de "plein fouet par les entreprises de proximité"

Les 37 professions repérées par l'IGF sont protégées soit par des barrières à l'entrée (numerus clausus), par des tarifications réglementées ou des privilèges de certains actes. Dans le secteur juridique, sont cités les huissiers, les greffiers des tribunaux de commerce et les avocats. Parmi les autres secteurs réglementés, figurent aussi les auto-écoles ou les prothésistes dentaires.

Pour le ministre de l'Économie, Arnaud Montebourg, ces professions "captent par leur position des revenus pour des services payés trop chers qui entament le pouvoir d'achat des ménages". Or, argumente l'UPA, "les entreprises de proximité subissent de plein fouet la crise économique". Il cite un recul de 2% au premier trimestre 2014, après déjà huit trimestres consécutifs de baisse.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.