1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Nord : des policiers en arrêt maladie pour dénoncer leurs conditions de travail
1 min de lecture

Nord : des policiers en arrêt maladie pour dénoncer leurs conditions de travail

La situation se crispe dans certains commissariats du département, où des fonctionnaires se sont mis en arrêt maladie pour protester contre des conditions de travail de plus en plus difficiles.

Un commissariat de police (Illustration)
Un commissariat de police (Illustration)
Crédit : KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Clémence Bauduin
Clémence Bauduin

De Roubaix à d'autres commissariats du Nord, le ras-le-bol semble partagé. Selon un article de la Voix du Nord paru ce vendredi 10 mars, certains commissariats du département sont touchés, depuis une semaine, par une vague d'arrêts maladie simultanés de la part de fonctionnaires de police. L'objectif : faire entendre leur voix "pour protester contre la réforme des cycles horaires" et dénoncer des conditions de travail difficiles.

Ainsi, "la quasi-totalité des policiers de la BAC, la brigade anticriminalité de Roubaix, est subitement tombée malade" une semaine plus tôt, vendredi 3 mars, explique le quotidien local. "C’est une technique courante chez les CRS quand ils souhaitent obtenir quelque chose mais inédite en urbain, au sein des commissariats", explique un fonctionnaire. Les plaignants visent notamment la réforme des cycles horaires. "Cette histoire d’horaires, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase", ajoute un syndiqué dans La Voix du Nord

Le Valenciennois également touché

La réforme s'ajoute à un épuisement des troupes bien présent avant cela. "Le boulot de la BAC n’a plus de sens. Quand ils prennent en chasse une voiture volée, on leur demande d’arrêter. Et quand ils ne ramènent pas d’affaires, ils doivent rendre des comptes. Pour travailler sur certains secteurs, il faut garder la foi", explique le même syndiqué.

Trois jours après les arrêts maladie brutaux, certains fonctionnaires "ont été convoqués devant le médecin-conseil de l’administration pour qu’il détermine si ce sont des arrêts de complaisance, explique un syndicaliste. Le médecin n’a pas contredit ses confrères", précise-t-il. En attendant, le mouvement semble prendre de l'ampleur : "les services de police notent une 'effervescence' dans l’ensemble des commissariats du Nord", affirme La Voix du Nord, selon qui le mouvement s'étend dans le Valenciennois.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/