2 min de lecture Loi Travail

Loi Travail : le symbole du Punisher sur la matraque d'un policier fait polémique

Le Punisher est le surnom donné à un personnage de Marvel chargé de faire justice lui-même et poussé par un désir de vengeance.

Des affrontements entre policiers et manifestants à Paris jeudi 31 mars.
Des affrontements entre policiers et manifestants à Paris jeudi 31 mars. Crédit : Christophe Ena/AP/SIPA
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

C'est un détail qui a toute son importance. Le 14 avril dernier, les étudiants manifestent dans les rues parisiennes contre le controversé projet de loi Travail porté par Myriam El Khomri et Manuel Valls. Le photographe de presse Yann Levy les a couvertes entre les stations de métro Jaurès et Stalingrad. Il va alors repérer une tête de mort sur la matraque d'un membre des forces de l'ordre. Le Huffington Post qui révèle en exclusivité la photographie, explique que "ce détail d'apparence anodine" ne représente pas n'importe quelle tête de mort, mais "l'emblème du Punisher, un personnage controversé de l'univers Marvel". Il s'agit d'une tête de mort blanche sur fond noir.


Et si ce personnage fait l'objet de controverse, c'est parce qu'il s'agit de Frank Castle, "un ancien soldat du corps des Marines, vétéran du Vietnam dans les comics", relate le site. Ses principes : vengeance et faire justice soi-même. La fameuse tête de mort trône sur toute sa poitrine. Le Punisher "prône des solutions radicales et préfère exécuter les malfrats qui auraient échappé à a police ou à la justice faute de preuves suffisantes ou grâce à des vices de procédure", ajoute le Huffington Post. Ces spécificités sont à l'opposé des valeurs des forces de l'ordre. Le photographe explique qu'il y a quelque chose d'important dans cette image. L'uniforme est normalement là pour gommer les différences. Là, il y a une volonté de se différencier et de faire passer un message".

Le code de déontologie de la police nationale et de la gendarmerie précise que "le policier est tenu à l'obligation de neutralité. Il s'abstient, dans l'exercice de ses fonctions, de toute expression ou manifestation de ses convictions religieuses, politiques ou philosophiques". Yann Levy ajoute : "Le policier s'est vite rendu compte qu'il attirait les photographes après que j'en ai parlé à mes collègues sur le terrain et il m'a semblé mal à l'aise, je l'ai vu cacher l'autocollant". Selon le photographe et la préfecture de police de Paris, il s'agirait d'un CRS. Sur les réseaux sociaux, les internautes ont été choqués par la référence. 

Cette photo est publiée dans un contexte délicat pour les forces de l'ordre. Une affiche de la CGT montre des pavés couverts de sang et une matraque sur le sol. En commentaire de l'affiche du mouvement syndical : "La police doit protéger les citoyens et non les frapper ! Stop à la violence". Selon Bernard Cazeneuve, l'affiche met "gravement en cause la police nationale". Le ministre de l'Intérieur a dénoncé une campagne "choquante". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Loi Travail Police Violences
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants