1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Les dauphins de Normandie et de Bretagne intoxiqués
1 min de lecture

Les dauphins de Normandie et de Bretagne intoxiqués

Une étude du Groupe d'étude des cétacés du Cotentin révèle que l'homme est le principal responsable de cette contamination.

Un dauphin (image d'illustration)
Un dauphin (image d'illustration)
Crédit : TOSHIFUMI KITAMURA / AFP
Les dauphins de Normandie et de Bretagne intoxiqués
00:01:29
La rédaction de RTL & Ludovic Galtier

Des milliers de défenseurs de l'environnement sont rassemblés jusqu'au 5 octobre à Johannesburg, en Afrique du Sud. La préservation des espèces sauvages menacées d'extinction est la difficile mission de cette convention internationale. 500 espèces sont en danger. Une étude sur les cétacés du Cotentin a révélé des résultats alarmants concernant les dauphins de Normandie et de Bretagne.

De la baie de Seine à la baie de Saint-Brieuc, les grands dauphins sont victimes de la pollution, des PCB, des produits chimiques et du mercure. Une contamination massive. Cyrielle Zanuttini, chargée de l'étude pour le Groupe d'étude des cétacés du Cotentin (GECC) livre ses éléments d'analyse. "On ne mesure pas les polluants dans toutes les populations des grands dauphins du monde, mais notre étude montre que l'on est dans les taux les plus forts, les seuils de toxicité sont largement dépassés."

Principale source de pollution : l'homme et ses activités industrielles comme agricoles. "Il y a à peu près deux tiers du mercure qui est d'origine humaine. Pour les PCB, ce sont des polluants, qui sont interdits maintenant depuis presque une quarantaine d'années, et on les retrouve encore aujourd'hui dans des concentrations très importantes."

Des perturbations du système endocrinien, qui peut avoir des répercussions assez fortes sur la reproduction

Cyrielle Zanuttini, chargée de l'étude pour le Groupe d'Étude des Cétacés du Cotentin (GECC)

Problème : il est impossible de dépolluer, les scientifiques sont inquiets. "On peut entraîner une sensibilité plus grande aux maladies. On a aussi des perturbations du système endocrinien, qui peut avoir des répercussions assez fortes sur la reproduction et sur le développement, la croissance des petits." Aujourd'hui, le nombre de grands dauphins, en revanche, ne semble pas diminuer, mais les observations n'ont commencé qu'il y a huit ans. Qu'en sera-t-il demain ? Personne n'en sait rien.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.