1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Le spider-man français à l'assaut de la tour Montparnasse en hommage au Népal
2 min de lecture

Le spider-man français à l'assaut de la tour Montparnasse en hommage au Népal

EN IMAGES - Alain Robert a entamé ce mardi l'ascension, à mains nues et sans harnais, de la tour Montparnasse avec le drapeau du Népal dans sa poche.

Alain Robert, l'homme-araignée français, entame pour la troisième fois en 20 ans l'ascension de la tour Montparnasse à Paris, le 28 avril 2015.
Alain Robert, l'homme-araignée français, entame pour la troisième fois en 20 ans l'ascension de la tour Montparnasse à Paris, le 28 avril 2015.
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Alain Robert, l'homme-araignée français, entame pour la troisième fois en 20 ans l'ascension de la tour Montparnasse à Paris, le 28 avril 2015.
Alain Robert a déjà escaladé  la tour Montparnasse en 1995 et 2004.
Alain Robert grimpe à mains nues et sans harnais la tour Montparnasse.
Alain Robert porte drapeau du Népal pour rendre hommage aux victimes du séisme.
La tour Montparnasse mesure 210 mètres.
Alain Robert pense en particulier à ses "confrères bloqués au camp de base de l'Everest".
Alain Robert le 28 avril 2015.
Alain Robert à l'assaut de la tour Montparnasse, le 28 avril 2015.
Alain Robert à l'assaut de la tour Montparnasse le 28 avril 2015.
Alain Robert à l'assaut de la tour Montparnasse le 28 avril 2015.
Alain Robert, l'homme-araignée français, entame pour la troisième fois en 20 ans l'ascension de la tour Montparnasse à Paris, le 28 avril 2015. Crédits : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Alain Robert a déjà escaladé la tour Montparnasse en 1995 et 2004. Crédits : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Alain Robert grimpe à mains nues et sans harnais la tour Montparnasse. Crédits : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Alain Robert porte drapeau du Népal pour rendre hommage aux victimes du séisme. Crédits : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
La tour Montparnasse mesure 210 mètres. Crédits : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Alain Robert pense en particulier à ses "confrères bloqués au camp de base de l'Everest". Crédits : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Alain Robert le 28 avril 2015. Crédits : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Alain Robert à l'assaut de la tour Montparnasse, le 28 avril 2015. Crédits : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Alain Robert à l'assaut de la tour Montparnasse le 28 avril 2015. Crédits : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Alain Robert à l'assaut de la tour Montparnasse le 28 avril 2015. Crédits : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
1/1
La rédaction numérique de RTL & AFP


C'est loin d'être la première fois qu'il se lance à l'assaut de la tour Montparnasse, mais cette fois-ci est particulière. Ce mardi 28 avril, Alain-Robert, l'homme-araignée, a décidé de grimper sur le gratte-ciel pour rendre hommage aux victimes du séisme du Népal, qui se chiffre désormais à plus de 5.000 morts et 10.000 blessés.

Le grimpeur filiforme, en caleçon et T-shirt, s'est lancé à mains nues et sans harnais de sécurité à l'assaut de ce monument emblématique de la capitale, 210 mètres de haut, drapeau du Népal en poche. Il pense en particulier aux "confrères bloqués au camp de base de l'Everest". Parmi eux, il en est persuadé, "il y a des admirateurs d'Alain Robert".

Il n'y a pas grand chose qui puisse m'arrêter de grimper

Alain Robert

Pour sa première ascension de la tour Montparnasse en 1995, Alain Robert se souvient d'une épreuve éprouvante, avec un vent à 120 km/h, et d'un froid mordant. Ce mardi, pour cette troisième montée, la deuxième remontant à 2004, l'homme-araignée était optimiste sur les conditions : "Il fait un peu frais, il n'y a pas trop de vent, pas de risque de pluie, les conditions sont réunies".

Avant de se lancer dans ce nouveau défi, ce poids-plume de 50 kilos a soigné ses pieds, mis à rude épreuve, limant ses ongles et bandant ses plantes de pieds. À 53 ans, il estime qu'"il n'y a pas grand chose qui puisse (l')arrêter de grimper." Dans sa spécialité, "il n'y a pas réellement de retraite", explique-t-il: "Si j'ai la condition physique, je pourrai grimper jusqu'à 60, 65 ans. Ce serait un pied-de-nez à la société si je pouvais grimper de nouveau une tour de la Défense à 60 ans".

À lire aussi

Depuis 1994, Alain Robert escalade les gratte-ciels du monde entier. Il a réalisé aujourd'hui quelque 130 ascensions dont la Burj Khalifa, la plus haute tour du monde (828 mètres), à Dubaï, en 2011. Il a conquis également la Tour Eiffel, l'Empire State Building (New York), les Petronas Twin Towers (Kuala Lumpur) et la Taipeh 101 (Taipeh).

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/