1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Le directeur de Radio Latitude mis en examen pour viols sur mineur
1 min de lecture

Le directeur de Radio Latitude mis en examen pour viols sur mineur

Un directeur de radio de Pont-Sainte-Marie (Aube) a été mis en examen. Il est accusé de viol par un jeune homme qui avait pris en otage un animateur de l'antenne en avril 2014.

Les policiers devant les locaux de Radio Latitude, lors d'une prise d'otage le 17 avril 2014, à Pont-Sainte-Marie, près de Troyes. (archives)
Les policiers devant les locaux de Radio Latitude, lors d'une prise d'otage le 17 avril 2014, à Pont-Sainte-Marie, près de Troyes. (archives)
Crédit : AFP PHOTO / FRANCOIS NASCIMBENI
La rédaction numérique de RTL & AFP

Presque un an après une prise d'otage dans les locaux de Radio Latitude, à Pont-Sainte-Marie (Aube), le directeur de la station a été mis en examen pour viols. Le preneur d'otage l'avait à l'époque accusé de tels actes.

Le directeur de Radio Latitude, âgé de 28 ans, est suspecté de viols commis sur mineur de quinze ans, d'agressions sexuelles sur mineur et de détention d'images pédopornographiques. Il a été placé sous contrôle judiciaire, a précisé son avocat.

Une première plainte classée sans suite

"Mon client nie formellement tous ces faits, d'autant qu'une première plainte avait déjà été classée sans suite et que l'affaire est revenue à l'instruction à la faveur de circonstances très spéciales", a expliqué l'avocat.

Le 17 avril 2014, un adolescent de 17 ans avait pris en otage un animateur de Radio Latitude, réclamant la présence du directeur de la station contre qui il avait porté plainte pour viol. Il avait libéré son otage, une animateur de 18 ans, après quatre heures et avait été interpellé par les hommes du Raid, alors qu'il était réfugié sur le toit de la radio.

Deux ans de prison pour le preneur d'otage

À lire aussi

Après la prise d'otage, le directeur de la radio avait déposé une plainte pour dénonciation calomnieuse. Le procureur de Troyes avait rouvert l'enquête ainsi qu'une information judiciaire contre X pour suspicion d'agression sexuelle.

Le jeune preneur d'otage, qui s'était enfui d'un hôpital où il était examiné avant de se rendre de lui-même aux policiers après deux semaines de cavale, a été condamné pour ces faits en janvier dernier à deux ans de prison, dont la moitié avec sursis, par le tribunal pour enfants de Troyes.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/