39 min de lecture Information

Greenpeace pénètre dans la centrale nucléaire de Fessenheim

Fessenheim: Greenpeace entre dans la centrale nucléaire. Une barquette de fraise fait grincer des dents. Crime d'amour: il tue sa fille gravement handicapée. La grève contre le pacte de responsabilité.

La centrale nucléaire de Three Mile Island en Pennsylvanie, le 28 mars 2011 (illustration)
La centrale nucléaire de Three Mile Island en Pennsylvanie, le 28 mars 2011 (illustration) Crédit : AFP / JEFF FUSCO

Une barquette de fraise fait grincer des dents

Les producteurs de Légumes de France, une association professionnelle, mettent en garde la grande distribution contre sa course au prix bas après la promotion d'une "fraise d'Espagne à 79 centimes les 500 grammes". "On va être vigilant et on ne va pas laisser ça se reproduire", annonce le responsable de Légumes de France Jacques Rouchaussé. Il n'entend pas conduire d'action particulière contre Auchan pour cette fois "mais c'est une première avec le risque de donner des idées aux autres enseignes: on va être vigilant", promet-il. 

Dans un communiqué, les producteurs parlent de prix "destructeurs" pour la production française. "Par ce type de pratique, l'enseigne fait prendre le risque à l'ensemble de la filière de commencer la campagne 2014 de la fraise avec des prix de crise destructeurs", estiment-ils.

D'autant qu'en Espagne les prix de vente moyen à la production vont de 1,80 à 1,90 euro le kilo et les prix au consommateur s'établissent à 3,7 euros le kilo. Simultanément en France la même barquette est proposée à l'import "autour de 2 euros" les 500 grammes.
Quand vous achetez des fruits, quel est vitre critère de choix? La rédaction de RTL vous invite à voter et donner votre avis à la question du jour.

Fessenheim: Greenpeace entre dans la centrale nucléaire

Pour dénoncer le manque de sécurité de la plus vieille centrale nucléaire de France encore en activité et réclamer une transition énergétique plus ambitieuse, des dizaines de militants de Greenpeace ont fait mardi une spectaculaire intrusion dans l'enceinte de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin). 
Dans un communiqué, Europe Ecologie-Les Verts (EELV) a félicité Greenpeace pour ce "coup d'éclat" qui "met en lumière la fragilité de nos installations nucléaires", selon le parti, qui compte deux membres au gouvernement. 
Arrivés en camion, une soixantaine de militants de quatorze nationalités différentes, selon Greenpeace, ont pu escalader les barrières du site à l'aide d'échelles, peu avant six heures du matin. Ils ont ensuite réussi à déployer une banderole sur le dôme de protection d'un des deux réacteurs de la centrale,  proclamant "Stop risking Europe" (Arrêtez de faire courir des risques à l'Europe). 
En tout, 56 personnes ont participé à cette action de l'association écologiste, dont "une quarantaine ont réussi à entrer en zone protégée", a indiqué à l'AFP le porte-parole du ministère de l'Intérieur. "Dix-neuf militants ont été interpellés immédiatement, puis quinze autres au fur et à mesure", a ajouté Pierre-Henry Brandet. 
 

Crime d'amour: il tue sa fille gravement handicapée

À lire aussi
000_Par151260 bien-être
Santé : "Il faut profiter de la vie avec ses petits excès", estime le Pr. Khayat

Sa petite Johana était entièrement dépendante de lui. A 6 ans, elle ne parlait pas, elle ne pouvait pas se tenir assise, ni manger seule.
Sa femme faisait régulièrement des séjours en hôpital psychiatrique. C'est lui qui gérait seul le quotidien. 
Alors l'idée d'en finir s'est imposée, tenace. Les tuer puis se tuer. Un soir, il a couché sa petite fille. Il lui a lu une dernière histoire, et puis il l'a étouffé dans son sommeil. 
Le plan s'est arrêté là, il n'a pas eu le courage d'aller jusqu'au bout.
La veille, Ce maçon de 45 ans a envoyé toutes ses économies à sa mère pour payer les obsèques. Le crime était donc prémedité. Il risque la prison à vie.  

La grève dans les aéroports contre le pacte de responsabilité

Le trafic aérien était peu perturbé mardi matin aux aéroports parisiens, où les réductions de vols demandées aux compagnies la veille en raison de la journée d'action syndicale avaient été globalement respectées, a-t-on appris de sources aéroportuaires. 
A Orly, le taux de réduction des vols de 30% demandé par la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) était respecté par les compagnies, vers 9 heures. Selon une source à Aéroports de Paris (ADP), le trafic était fluide et aucun retard n'était constaté. 
A Roissy, des retards moyens de 20 minutes étaient enregistrés en début de matinée, selon ADP. "Il peut y avoir des retards sur les vols nationaux, qui arrivent de province par exemple, ou sur certains vols européens au départ de Roissy", a-t-on précisé de même source. 
Selon une source aéroportuaire, le taux d'abattement des vols était de 23% en début de matinée. "Le trafic recommence doucement donc il n'y a pas encore beaucoup de perturbations", a précisé cette source. 
Dans le cadre de la journée interprofessionnelle organisée par la CGT, FO, FSU et Solidaires contre le pacte de responsabilité, des préavis de grève ont été déposés pour la fonction publique et relayés par des syndicats du contrôle aérien (SNCTA, USAC-CGT et SNNA-FO). 
La DGAC qui a dit lundi s'attendre à des perturbations "sur l'ensemble du territoire" a donc demandé aux compagnies de réduire leurs vols de 30% dans les  aéroports de la région parisienne (Roissy et Orly ainsi que Beauvais) et de 20%  à Lyon, Marseille, Nice et Toulouse. 
Nous attendons vos commentaires et vos avis sur ce blog ! A vous de jouer !

Lire la suite
Information
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants