1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Faut-il supprimer le délai de réflexion de 7 jours pour les femmes souhaitant avorter?
3 min de lecture

Faut-il supprimer le délai de réflexion de 7 jours pour les femmes souhaitant avorter?

REPLAY - Découvrez les sujets qui seront abordés dans l'émission "Les auditeurs ont la parole".

Une manifestation en faveur du droit à l'avortement, le 17 janvier 2015 à Paris
Une manifestation en faveur du droit à l'avortement, le 17 janvier 2015 à Paris
Crédit : AFP / Archives, Lionel Bonaventure
Faut-il supprimer le délai de réflexion de 7 jours pour les femmes souhaitant avorter?
28:27

IVG: les députés suppriment le délai de réflexion

Les députés pourraient supprimer le délai de réflexion de sept jours imposé aux femmes souhaitant une interruption volontaire de grossesse. Un amendement en ce sens est examiné à l'Assemblée Nationale. Il a été adopté en Commission. Mis en place au moment de la loi Veil en 1975, il suscite de nombreuses réactions.

Actuellement, deux consultations médicales sont obligatoires avant l'IVG, avec un délai de réflexion d'une semaine entre les deux. Il peut cependant être  réduit à 48 heures en cas d'urgence, c'est-à-dire lorsque le délai légal de 12 semaines de grossesse approche. 
Faut-il supprimer le délai de réflexion de 7 jours pour les femmes souhaitant avorter?

Invités du débat de RTL Midi - Véronique Séhier, coprésidente nationale du Planning Familial et Sabine Jourdan, accompagnante bénévole au sein de l'association AGAPA

La rédaction vous recommande

Calendrier scolaire: "des règles claires" après le cafouillage de l'an passé

La ministre de l'Éducation présentera jeudi le projet de calendrier scolaire pour les trois prochaines années, et promet des "règles claires" après le cafouillage de l'année passée. 

Pour l'année scolaire 2015/2016, selon des sources syndicales, les quelque 840.000 enseignants de l'Éducation nationale devraient rentrer le lundi 31 août  et les 12 millions d'élèves de la maternelle au lycée le lendemain, puisque les  professeurs retournent à l'école un jour avant les enfants. 

Le projet annoncé jeudi devrait donc modifier les dates de rentrée telles qu'elles avaient été fixées initialement (vendredi 28 août 2015 pour les enseignants et lundi 31 août pour les élèves). L'Hexagone restera découpé en trois zones, A, B et C, pour les vacances d'hiver et de printemps mais leur découpage pourrait être légèrement modifié en  raison de la réforme territoriale. Cette réforme a réduit le nombre de régions. Conséquence, une des nouvelles régions peut comprendre deux académies qui appartenaient jusqu'à présent à deux  zones différentes, impliquant une harmonisation. Enfin, le pont de l'Ascension pourrait être définitivement inscrit dans le calendrier. 

 Nouveau calendrier : Sept semaines de travail, deux semaines de vacances, est ce un bon rythme pour les élèves ?  La rédaction de RTL vous invite à voter et donner votre avis à la question du jour.

Sondage
7 semaines de travail, 2 de vacances, un bon rythme pour les élèves ?*
La rédaction vous recommande

Buraliste d'Albi: 7 ans de prison pour riposte "disproportionnée"

Le buraliste de Lavaur (Tarn) Luc Fournié a été condamné, mercredi, à sept ans de prison pour avoir tué en 2009 un cambrioleur de 17 ans d'un coup de fusil de chasse, la cour ayant jugé sa riposte "disproportionnée". 

 La cour d'assises d'Albi a estimé que M. Fournié était coupable du meurtre de Jonathan Lavignasse et de blessure sur Ugo Bernardon et a rejeté la qualification de légitime défense, demandée par l'avocat général. 
La cour a condamné M. Fournié à sept ans d'emprisonnement au motif essentiel que "sa riposte avait été disproportionnée compte tenu du temps écoulé" - quatre jours - entre le moment où la soeur de M. Fournié avait constaté que les barreaux d'une fenêtre du bar-tabac avaient été endommagés et le drame. 

Après avoir été alerté que les barreaux avaient été sciés, M. Fournié s'était "préparé au retour des voleurs: son fusil était chargé et il dormait dans la réserve", avait indiqué à l'audience un des experts psychiatres. 
 "On ne peut pas être en état de légitime défense quand on prépare sa défense", avait insisté pendant sa plaidoirie l'avocat de la partie civile, Me Simon Cohen. 

Dans son réquisitoire, l'avocat général Pierre Bernard, avait lui estimé que l'accusé "avait eu la conduite parfaitement adaptée" et qu'il "était dans une situation de danger imminent". 

La rédaction vous recommande

Nous attendons vos commentaires et vos avis.

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/