1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Eurotunnel : 600 intrusions de migrants déjouées suscitant des retards
2 min de lecture

Eurotunnel : 600 intrusions de migrants déjouées suscitant des retards

Quelque 600 tentatives d'intrusion de migrants ont été déjouées dans la nuit de lundi à mardi sur le site d'Eurotunnel à Coquelles (Pas-de-Calais), qui faisait l'objet d'une "inspection" provoquant des retards de trafic.

Des migrants tentent de traverser des barbelés pour atteindre le site d'Eurotunnel à Coquelles, près de Calais (illustration)
Des migrants tentent de traverser des barbelés pour atteindre le site d'Eurotunnel à Coquelles, près de Calais (illustration)
Crédit : AFP PHOTO / PHILIPPE HUGUEN
La rédaction numérique de RTL & AFP

La police affirme avoir déjoué quelque 600 tentatives d'intrusion de migrants dans la nuit de lundi 3 à mardi 4 août aux abords du tunnel sous la Manche, près de Calais (Pas-de-Calais), qui faisait par ailleurs l'objet d'une "inspection" provoquant des retards de trafic.

L'inspection au sein du couloir sud du tunnel a été menée après la détection d'une "anomalie", a annoncé le groupe Eurotunnel qui gère l'installation sous-marine entre la France et l'Angleterre. Cette "anomalie", non précisée par le groupe, provoquait des retards dans le trafic mardi matin. Le trafic étant détourné sur le seul tunnel nord, les passagers devaient s'attendre à deux heures de retard au départ de Folkestone en Angleterre, et une heure côté français.

La police a dénombré environ 500 migrants aux abords du site dans la nuit, pour 600 tentatives d'intrusion, dont 400 ont été repoussées. Quelque 180 personnes interceptées ont été reconduites hors du site et une vingtaine interpellées, selon une source policière. Un chiffre cependant en forte baisse comparé aux 1700 tentatives de candidats à l'immigration en Angleterre qui ont été enregistrées la nuit précédente. Cette très forte animation était due à la présence de militants du collectif pour la liberté de circulation "No Border" venus faire de la "provocation", alors que les migrants cherchent plutôt la "discrétion", selon la source policière.

Une "exaspération totale"

À lire aussi

Londres et Paris ont affiché ce dimanche leur volonté de "mettre fin ensemble" au problème des migrants qui tentent à tout prix de traverser la Manche. "Mettre fin à cette situation est une priorité absolue. Nos deux gouvernements sont déterminés à y parvenir, et à y parvenir ensemble", ont ainsi déclarés les ministres de l'Intérieur français et britanniques, Bernard Cazeneuve et Theresa May dans le Journal du Dimanche.

Une coopération rapidement critiquée par Xavier Bertrand, député de l'Aisne, candidat à la présidence de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie : il accuse en effet le Premier ministre britannique David Cameron de ne pas avoir "pris la mesure de l'ampleur et de la gravité du problème" des migrants à Calais. "Je dis à nos amis anglais: notre exaspération est totale", a déclaré ce dimanche Xavier Bertrand, dans le Journal du Dimanche. "Si les Anglais ne veulent rien entendre, rien comprendre, s'ils ne veulent pas prendre leur part au règlement de ce dossier, les accords du Touquet doivent être revus", selon lui.

Ces propos ont fait réagir la classe politique, et notamment Pierre de Saintignon, vice-président socialiste de la région, qui affrontera l'élu de droite en décembre. "Il tient des propos aussi inacceptables qu'inefficaces (...)", écrit Pierre de Saintignon dans un communiqué transmis à l'AFP. "La démagogie ne peut être de mise dans une région comme la nôtre, à la fois humaine, solidaire et responsable." De son côté, le Front national, dont la présidente Marine Le Pen est aussi candidate dans la même région, dénonce "l'enfumage de M. Bertrand", qui "met au jour la responsabilité de l'UMP en matière de laxisme migratoire". Il faut que les Britanniques "acceptent d'ouvrir une zone de transit ou un camp de réfugiés sur leur territoire pour filtrer eux-mêmes les migrants", a renchéri dimanche la maire de Calais, Natacha Bouchart.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/