2 min de lecture Bombe

Engins explosifs : la nouvelle menace en France ?

Après la découverte d'une voiture remplie de bonbonnes de gaz à Paris, la théorie d'une évolution des attaques terroristes via des engins explosifs se confirme.

Un véhicule utilisé lors d'une attaque à la bombe, au cœur de Tripoli, la capitale du pays, le 9 septembre 2015.
Un véhicule utilisé lors d'une attaque à la bombe, au cœur de Tripoli, la capitale du pays, le 9 septembre 2015. Crédit : MAHMUD TURKIA / AFP
Marie de Fournas

En mai dernier, Patrick Calvar, le patron de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), avait déjà mis en garde le gouvernement. Lors de son audition par la Commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale, le patron de la DGSI avait abordé l'éventualité d'une "nouvelle forme d’attaque. Une campagne terroriste caractérisée par le dépôt d’engins explosifs dans des lieux où est rassemblée une foule importante, ce type d’action étant multiplié pour créer un climat de panique."


Une théorie confirmée par les événements récents. Dans la nuit du samedi 3 au dimanche 4 septembre, la police a découvert une voiture abandonnée en face de Notre-Dame de Paris. Dans le coffre : cinq bonbonnes remplies de gaz ainsi qu'une sixième, vide, posée sur le siège avant. Une vielle technique d'attaque. En 1995, un attentat avait été perpétré à la station Port-Royal du RER B, faisant huit morts et cent cinquante et un blessés. Le dépôt d'engins explosifs reviendrait-il en France ?

Ils passeront au stade des véhicules piégés et des engins explosifs, et ainsi qu'ils monteront en puissance

Patrick Calvar, le patron de la DGSI
Partager la citation

"Je suis persuadé qu'ils (les terroristes, ndlr) passeront au stade des véhicules piégés et des engins explosifs, et ainsi qu'ils monteront en puissance, a assuré Patrick Calvar. Ils vont finir par projeter des commandos dont la mission consistera à organiser des campagnes terroristes sans nécessairement aller à l'assaut avec la mort à la clef." Une technique qui n'est cependant pas à la portée de tous.

"Il faut des artificiers, tempère Jacques Di Bona, expert terroriste, sur BFM TV. Même si on lit sur Internet comment ça se fait, on n'y arrive pas si on ne sait pas doser, si on ne sait pas le faire. Il faut des gars qui l'aient déjà fait et qui aient déjà appris". Obtenir un explosif militaire et le préparer n'est donc pas un jeu d'enfant et l'importer non plus. D'ailleurs, si ce type d'attaque n'a pas encore eu lieu, pour Jacques Di Bona, c'est parce que "aujourd'hui c'est beaucoup plus difficile de faire passer une voiture bourrée d'explosifs par les frontières, même si les frontières sont très poreuses. Donc ils n'ont pas pu le faire mais rien ne dit qu'ils ne vont pas y arriver".

Des gilets explosifs utilisés lors des attentats du 23 novembre

À lire aussi
La ville d'Idleb, en Syrie, le 30 mai 2019, après avoir été bombardée. bombardements
La Russie a bombardé en mai quatre hôpitaux syriens en 12 heures

Malgré tout, le patron de la DGSI et l'expert en explosif, pensent que cette évolution est réellement à craindre. Déjà lors des attentats terroristes du Stade de France et du Bataclan, les terroristes étaient équipés de gilets explosifs dont la fabrication requérait une certaine expertise.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bombe Explosion Terrorisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants