1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Attentats à Paris : un donneur d'ordre soupçonné d'être Oussama Atar
1 min de lecture

Attentats à Paris : un donneur d'ordre soupçonné d'être Oussama Atar

Celui qui se fait appeler "Abou Ahmad", son nom de guerre, aurait coordonné en Syrie les attaques du 13 novembre à Paris et Saint-Denis.

Le Bataclan après les attentats du 13 novembre 2015.
Le Bataclan après les attentats du 13 novembre 2015.
Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
Julien Absalon & AFP

Dans la sphère de l'antiterrorisme, il était jusqu'à présent connu pour être le cousin des frères El Bakraoui, kamikazes des attentats de Bruxelles. Le jihadiste belgo-marocain Oussama Atar, 32 ans, est soupçonné par les enquêteurs d'être l'un des coordinateurs des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, mais aussi de ceux du 22 mars à Bruxelles, tous deux revendiqués par le groupe terroriste État islamique.

Selon des sources proches de l'enquête, qui confirment une information du Monde, celui qui se cache derrière le nom de guerre "Abou Ahmad" est "le seul coordinateur depuis la Syrie à avoir été identifié en l'état des investigations".

Le surnom de ce combattant est apparu pour la première fois dans l'enquête après l'interpellation de deux jihadistes en Autriche en décembre 2015. Les deux hommes, qui faisaient route avec les kamikazes du Stade de France, avaient reconnu avoir été missionnés par Abou Ahmad pour s’infiltrer en Europe à l'aide des flux de migrants syriens. L'un des deux individus, de nationalité algérienne, a ensuite désigné Oussama Atar comme étant probablement Abou Ahmad d'après une planche de photos qui lui était soumise par les enquêteurs, selon une des sources.

Le surnom Abou Ahmad est par ailleurs apparu dans l'enquête grâce à l'exploitation d'un ordinateur abandonné dans une poubelle près d'une des planques utilisée par la cellule jihadiste en Belgique. Les enquêteurs ont exhumé des conversations dans lesquelles des membres de la cellule semblent s'adresser à Abou Ahmad en évoquant des testaments et des modes d'actions, selon une source proche de l'enquête.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/