2 min de lecture Affaire Bettencourt

Affaire Bettencourt : François-Marie Banier condamné à deux ans et demi de prison ferme, 350.000 euros d'amende

Confident de l'héritière de l'Oréal, François-Marie Banier a été condamné pour "abus de faiblesse". L'ex-ministre Eric Woerth a été relaxé.

François-Marie Banier le 27 janvier 2015 à Bordeaux
François-Marie Banier le 27 janvier 2015 à Bordeaux
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Trois mois après la dernière audience, le jugement est tombé. Poursuivi pour "abus de faiblesse", le photographe et confident de Liliane Bettencourt a été condamné à trois ans de prison dont six mois avec sursis, 350.000 euros d'amende et 158 millions d'euros de dommages-intérêts. En revanche, l'ex-ministre UMP Eric Woerth a été relaxé. 

Une réelle "emprise psychique et morale"

"Elle s'est retrouvée à la merci d'hommes en qui elle plaçait sa confiance" et "ceux des prévenus qui la fréquentaient régulièrement" ne pouvaient ignorer cet état de vulnérabilité, a déclaré, voyant chez Banier une "volonté de profiter de son état confusionnel pour tenter de s'accaparer sa fortune". 

Le tribunal a décelé "une réelle emprise psychique et morale" de François-Marie Banier sur la femme la plus riche de France, dont les capacités de discernement, manifestement fluctuantes dès 2006, n'ont cessé de se dégrader au fil du temps. Aujourd'hui atteinte de la maladie d'Alzheimer et sous tutelle, la vieille dame n'a pas assisté au procès. 

Le gestionnaire Patrice de Maistre, il a été condamné à 30 mois de prison, dont un an avec sursis et 250.000 euros d'amende. Alors que la relaxe avait été requise pour l'avocat Pascal Wilhelm, lui aussi poursuivi pour "abus de faiblesse", le tribunal l'a condamné à la même peine que Patrice de Maistre. Présents à Bordeaux pour l'énoncé du jugement, les deux hommes ont annoncé leur intention de faire appel de ces condamnations, à peine inférieures aux réquisitions prononcées en début d'année.

Une "forte suspicion de remise d'argent" à Eric Woerth

À lire aussi
Nicolas Sarkozy en juillet 2016 Nicolas Sarkozy
Les actualités de 6h30 - Nicolas Sarkozy : plusieurs autres affaires l'attendent au tournant

Quant au député UMP de l'Oise, Eric Woerth, il est relaxé des poursuites de "recel" dans le principal volet de l'affaire. Car s'il existe "une forte suspicion de remise d'argent" liquide de Patrice de Maistre au trésorier de campagne de Nicolas Sarkozy, "la démonstration" n'a pu en être faite, a expliqué Denis Roucou.

Ce dernier était poursuivi pour avoir conclu un arrangement selon lequel Éric Woerth, à l'époque ministre du Budget de Nicolas Sarkozy, aurait remis la Légion d'honneur à Patrice de Maistre. En échange, ce dernier était soupçonné d'avoir fait embaucher en 2007 l'épouse du ministre, Florence Woerth, dans sa société qui gérait les dividendes de Liliane Bettencourt, la richissime héritière du groupe de cosmétiques L'Oréal.

Les juges ont finalement estimé que si Éric Woerth était bien intervenu "en tant que trésorier de la campagne de Nicolas Sarkozy" pour faire décorer Patrice de Maistre, dans des "conditions totalement atypiques", "il n'était pas démontré l'existence d'un pacte de corruption dont la contrepartie serait l'emploi de son épouse".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Affaire Bettencourt François-Marie Banier Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants