2 min de lecture Pétrole

Le prix du pétrole baisse, seule bonne nouvelle économique de ce début d'année

Le ralentissement des perspectives de croissance partout dans le monde permettent au baril de pétrole d'afficher un prix autour de 50 dollars, et il pourrait encore se stabiliser à un montant encore plus bas dans les prochains mois.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau
>
La prix du pétrole baisse, seule bonne nouvelle économique de ce début d'année Crédit Image : AFP / Atta KENARE | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau et Eléanor Douet

Le climat économique général est plutôt morose, on en a parlé hier, mais il y a néanmoins une tendance qui devrait nous remonter un peu le moral. C’est du côté du pétrole que cela se passe. Son prix pourrait se stabiliser à un point bas durant les prochains mois. C’est évidemment une bonne nouvelle pour le portefeuille des ménages, les bilans de nos entreprises et les comptes très déficitaires de notre commerce extérieur.

On sait que le pétrole fait du yoyo au gré des spéculations boursières sur les matières premières ou des stratégies plus ou moins virulentes des pays producteurs. Il n’empêche que, depuis quelques mois, tout se met en place pour que les cours de l’or noir plafonnent dans la zone des 50 dollars le baril. Il a déjà fléchi de 40% en un trimestre et deux événements aussi sensibles que les très bons chiffres de l’emploi aux États-Unis, signe de tensions sur l’activité et la consommation, et la tentative de coup d’État au Gabon n’ont eu aucun impact sur la tendance.

Ce qui explique ce retour au calme, c'est le ralentissement des perspectives de croissance partout dans le monde. Cela va peser sur la demande de brut et son prix. Et puis il y a l’importance de la production aux États-Unis. L’Amérique n’a jamais autant tiré sur ses ressources. C’est désormais le premier producteur mondial devant la Russie et l’Arabie Saoudite. Enfin troisième facteur, Donald Trump lui-même. Il a dérégulé tous les contrôles sur les forages d’huiles de schiste et offert à huit pays, dont la Chine et l’Inde, la possibilité d’acheter du pétrole à l’Iran pour tenir les cours et renforcer sa position électorale.

À lire aussi
Une station service, près d'un puits de pétrole dans l'Oklahoma pétrole
Les États-Unis, les nouveaux rois du pétrole mondial

Un pétrole pas trop cher c’est clairement favorable au pouvoir d'achat, à l’activité des entreprises et aux nerfs du gouvernement. Mais si la menace est moins pesante, elle n’a pas totalement disparue : l’Arabie Saoudite et la Russie perdent gros dans cette conjoncture. Ils ont décidé de contre-attaquer en réduisant leur production dès les prochains jours. Cela ne devrait pas bouleverser la donne mais il est clair que l’OPEP et ses alliés vont tout faire pour remettre un peu de tension sur les marchés.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Pétrole Économie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796159022
Le prix du pétrole baisse, seule bonne nouvelle économique de ce début d'année
Le prix du pétrole baisse, seule bonne nouvelle économique de ce début d'année
Le ralentissement des perspectives de croissance partout dans le monde permettent au baril de pétrole d'afficher un prix autour de 50 dollars, et il pourrait encore se stabiliser à un montant encore plus bas dans les prochains mois.
https://www.rtl.fr/actu/conso/le-prix-du-petrole-baisse-seule-bonne-nouvelle-economique-de-ce-debut-d-annee-7796159022
2019-01-08 11:16:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/ltgyrZJPdWjv5T5kPIU_eQ/330v220-2/online/image/2018/0518/7793430839_des-puits-de-petrole-en-iran-le-12-mars-2017.jpg