2 min de lecture Chômage

Chômage : le Medef veut calculer les indemnités en fonction de la conjoncture

DÉCRYPTAGE - Dans un document envoyé aux organisations syndicales, le Medef propose de moduler les indemnisations en fonction du niveau du chômage et de supprimer le régime des intermittents.

Une agence Pôle emploi de Dijon le 29 février 2009 (archives).
Une agence Pôle emploi de Dijon le 29 février 2009 (archives). Crédit : AFP / JEFF PACHOUD
Philippe Roy Contancin
Philippe Roy-Contancin et La rédaction numérique de RTL

Les partenaires sociaux rentrent dans le vif du sujet. Mais les discussions s'annoncent tendues. La troisième séance de négociations sur l'assurance chômage s'ouvre ce jeudi 13 février. Sur la table notamment, les propositions choc du patronat. Dans un document envoyé aux organisations syndicales, le Medef propose de moduler les indemnisations en fonction du niveau du chômage et de supprimer le régime des intermittents.

Une indemnisation raccourcie en cas de baisse du chômage

Le principe actuellement en vigueur assure aux allocataires un jour d'indemnité chômage par jour travaillé pendant une période de deux ans maximum. À l'avenir, le Medef propose une nouvelle règle : calculer les indemnités de chômage en fonction de la conjoncture. Avec un principe élémentaire : moins le chômage est élevé, moins le chômeur est indemnisé, et inversement.

Dans la situation actuelle, où il est au-dessus des 10%, la donne ne changerait pas. Mais s'il venait à dépasser les 12%, les chômeurs seraient indemnisés plus longtemps. Avec toujours une durée d'allocation maximum de 2 ans (3 ans pour les seniors). En revanche, si le marché de l' emploi s'améliore, avec un taux de chômage en-dessous des 9% de la population active, la durée d'indemnisation raccourcirait et il faudrait avoir travaillé et cotisé au moins 6 mois contre 4 actuellement.

Faire pression sur les syndicats

Dans ce premier texte mis sur la table des négociations, l'organisation patronale indique vouloir réformer le système d'assurance chômage en profondeur. L'objectif : rétablir l'équilibre des comptes de l'Unedic, qui indemnise 60% des demandeurs d'emplois, présente un déficit de 4 milliards d'euros. Ses dettes cumulées, 18 milliards d'euros, pourraient s'élever à 22 milliards d'euros fin 2014 si rien n'est fait pour y remédier. Le Medef propose ainsi que l'État et les employeurs publics cotisent à l'assurance chômage. Actuellement ils ont la possibilité de créer leur propre système d' assurance ou de se retourner vers l'assurance chômage.

À lire aussi
Une agence Pôle Emploi (illustration). Chômage
Allocations chômage : ce qui va changer au 1er avril 2020

L'organisation patronale préconise également de supprimer le régime des intermittents et de les affilier au régime général. Un chantier périlleux que les syndicats souhaitent voir faire l'objet d'une négociation spécifique. Si cette offensive choc a peu de chance d'aboutir telle quelle, elle est avant tout destinée à faire pression d'entrée de jeu sur les syndicats qui refusent une baisse immédiate des indemnités alors que le chômage est au plus haut.

>
Chômage : le Medef veut calculer les indemnités en fonction de la conjoncture Crédit Image : RTL | Crédit Média : Philippe Roy-Contancin | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Chômage Chômage Emploi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants