PSG : Aurier s'active pour obtenir la nationalité française

Ivoirien et donc non-ressortissant de l'Union européenne, le défenseur a été privé du match à Arsenal par les autorités britanniques en raison d'une condamnation pour violences dont il a fait appel. Il ne veut plus revivre cette situation.

Serge Aurier et Adrien Rabiot en octobre 2016
Crédit : CHRISTOPHE SAIDI/SIPA
Serge Aurier et Adrien Rabiot en octobre 2016

L'information est révélée dans les colonnes du journal Le Parisien mercredi 30 novembre. Le PSG et Serge Aurier vont tout faire pour ne pas revivre l'épisode ayant précédé le match décisif sur la pelouse d'Arsenal en Ligue des champions. À la veille de la rencontre, le latéral droit ivoirien se voyait privé de visa d'entrée au Royaume-Uni en raison d'une condamnation à deux mois de prison pour violences sur un policier en France. Les autorités britanniques n'ont pas tenu compte de l'appel en cours, affirmant leur "droit de refuser un visa à tout individu reconnu coupable de délit" et soulignant la législation très stricte pour tout "non-ressortissant de l'Union européenne ayant été condamné à une peine de prison de moins de 12 mois lors des cinq dernières années". 

Un tel événement pourrait se reproduire en 2017 lors de la suite de la compétition. En 8es de finale (tirage au sort le lundi 12 décembre pour des matches en février et mars), des retrouvailles avec Manchester City, 2e de son groupe derrière le FC Barcelone, sont envisageables. Assurés de ne pas se rencontrer à ce stade car issus du même groupe, Paris et Arsenal sont en revanche susceptibles d'être opposés en quarts ou demies, en cas de qualification bien sûr. C'est pourquoi le club comme Serge Aurier tentent de faire évoluer la situation au plus vite.

Né le 24 décembre 1992 à Ouaragahio de parents ivoiriens, le futur défenseur est adopté par Michel Aurier lors de son arrivée en France. En 2011, sa demande d'obtention de la nationalité française par décret de naturalisation, dans le but d'être sélectionné en équipe de France espoirs, est refusée. Selon son ancien agent, les autorités françaises auraient prétexté une altercation entre Serge Aurier et des camarades au collège en 2006. Cinq ans après ce premier échec, le joueur, avec l'appui d'un avocat spécialisé, va donc tenter de devenir Français grâce à la procédure de filiation adoptive.

L'appel doit prévaloir

Parallèlement, le PSG entend jouer sur l'aspect juridique du dossier. Condamné pour des faits de violences volontaires sur personne dépositaire de l'ordre public, lors du contrôle de son véhicule par des policiers au petit matin du 30 mai, à la sortie d'une boîte de nuit du VIIIe arrondissement de Paris, Serge Aurier a donc fait appel. Il n'aurait de toute façon pas accompli les deux mois de prison en raison des aménagements de peine. Aidé par une avocate britannique, le club entend faire flancher les autorités anglaises sur le caractère suspensif de cet appel. En attendant, le défenseur de 23 ans a pu rejouer, en France, contre Lyon dimanche 27 novembre, et sera encore aligné contre Angers mercredi 30 novembre.

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786053424
PSG : Aurier s'active pour obtenir la nationalité française
PSG : Aurier s'active pour obtenir la nationalité française
Ivoirien et donc non-ressortissant de l'Union européenne, le défenseur a été privé du match à Arsenal par les autorités britanniques en raison d'une condamnation pour violences dont il a fait appel. Il ne veut plus revivre cette situation.
http://www.rtl.fr/sport/football/psg-aurier-s-active-pour-obtenir-la-nationalite-francaise-7786053424
2016-11-30 13:26:00
http://media.rtl.fr/cache/NG8ex-GsuvVNXT2tKda8Dw/330v220-2/online/image/2016/1130/7786053485_serge-aurier-et-adrien-rabiot-en-octobre-2016.jpg