4 min de lecture Sexo

Sexe : quand les clichés sur le sexe lesbien affectent la santé des femmes

MASTERS OF SEX - Coraline Delebarre, psychologue et sexologue, explique en quoi les représentations dans l'imaginaire collectif autour du sexe lesbien ont un impact réel sur la santé de ces femmes.

Les femmes lesbiennes sont les "grandes absentes de la prévention sexuelle"
Les femmes lesbiennes sont les "grandes absentes de la prévention sexuelle" Crédit : iStock / Getty Images Plus
ArièleBonte
Arièle Bonte
Journaliste

Les femmes qui ont des rapports sexuels entre elles pratiquent une "sous-sexualité". Voici l'une des idées reçues que l'on rencontre le plus souvent dans l'imaginaire collectif concernant les lesbiennes. En cause ? Pour ces femmes, la pénétration serait accessoire, voire presque inexistante. 

Or, une étude de la psychologue et sexologue Coraline Delebarre, présentée lors des assises de la sexologie et de la santé sexuelle à Marseille en mars dernier, démontre le contraire. Sur les plus de 1.600 personnes interrogées (des femmes ayant déjà eu des rapports sexuels avec des femmes et résidant sur les territoires français), près de 100% des répondantes ont affirmé avoir eu recours à une pénétration vaginale au cours des douze derniers mois. 

Cette pratique n'est pas une rareté. Toujours selon l'étude de la psychologue-sexologue exerçant dans le XXème arrondissement de Paris, sept femmes sur dix déclarent se livrer "souvent ou toujours" à "au moins quatre pratiques sexuelles par relation".

À lire aussi
Sharone Stone dans "Basic Instinct", l'un des thrillers érotiques les plus connus du grand public Cinéma
8 preuves que le thriller érotique peut être féministe

Les lesbiennes ne sont pas moins sexualisées que les autres femmes

Coraline Delebarre, psychologue-sexologue
Partager la citation

Parmi elles, on retrouve, en plus de la pénétration vaginale, le cunnilingus (environ 90%), la masturbation (environ 80%) et, pour un plus de 25% d'entre elles, la pénétration anale.

Parmi les autres données intéressantes de cette étude, on constate par exemple que près de six femmes sur dix regardent du porno "parfois ou souvent" tandis que près de la moitié (44%) utilisent des sextoys pour des rapports avec pénétration. "Les lesbiennes ne sont pas moins sexualisées que les autres femmes", souligne alors Coraline Delebarre qui prouve avec son étude que "beaucoup de choses vont à l'encontre de ce que l'on pense".

Les lesbiennes, "grandes absentes de la prévention sexuelle"

"Les femmes lesbiennes sont les grandes absentes de la prévention", explique Coraline Delebarre à RTL Girls. "Il n'y a aucun moyen de prévention et elles ne se sentent pas concernées". Pourtant, des études anglo-saxonnes et quelques études françaises montrent très bien qu'il existe des risques spécifiques : "le développement d'un cancer du col de l'utérus, un suivi gynécologique restreint et une prévalence des infections sexuellement transmissibles", détaille à RTL Girls Coraline Delebarre. 

Problème, le personnel de santé comme les femmes lesbiennes ont intégré cette idée selon laquelle "leur sexualité n'est pas à risque", ajoute la psychologue. Brigitte Lhomond (une précurseuse sur le sujet dès les années 90) parle même d'un "sentiment d'immunité".

Comment mieux inclure les femmes lesbiennes ?

Pour lutter contre cette invisibilisation des femmes lesbiennes, des mesures ont pourtant été prises ces dernières années. En 2011, Coraline Delebarre a participé à la rédaction de recommandations pour mieux prendre en charge et accompagner ces femmes dans leur santé sexuelle.

La spécialiste et ses collègues demandaient notamment une formation spécifique des soignants et soignantes, une production de données sur ce tranche de la population et une meilleure information sur ces problématiques destinées aux lesbiennes. 

Huit ans plus tard, "on s'aperçoit que cela ne bouge pas", assure Coraline Delebarre. "Les formations sont peu suivies car elles ne sont pas obligatoires, peu de brochures de prévention ont été réalisées et peu d'actions ont été mises en place", ajoute encore la spécialiste.

De plus en plus d'associations lesbiennes s'intéressent au sujet de la santé sexuelle

Coraline Delebarre, psychologue-sexologue
Partager la citation

Ces dernières peuvent en effet se compter sur les doigts de la main : "de plus en plus d'associations lesbiennes s'intéressent au sujet de la santé sexuelle", Kiosque Info Sida et Sida Info Service a coordonné la brochure "Tomber la culotte", tandis que SOS Homophobie a publié son Petit manuel des infections sexuellement transmissibles entre femmes

La cause de ce manque de moyens ? "Ces problématiques ne sont pas considérées comme relevant d'un problème de santé publique", avance la psychologue-sexologue. "La proportion de VIH chez les femmes lesbiennes n'est pas assez importante en comparaison avec celle des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes". 

Renoncer à sa santé

Les clichés n'échappent pas non plus aux cabinets des médecins. Le suivi gynécologique est "encore lié à la procréation et à la contraception", explique Coraline Delebarre. "Les femmes lesbiennes se sentent moins concernées donc elles sont moins suivies". 

Si elles font la démarche de se rendre dans un cabinet, un autre obstacle peut favoriser l'accès aux soins de ces femmes : "la peur d'être discriminées", souligne la psychologue-sexologue.

La présomption d'hétérosexualité de ces femmes les force au coming-out

Coraline Delebarre, psychologue-sexologue
Partager la citation

Des spécialistes refusent par exemple de pratiquer des frottis sur des femmes lesbiennes "parce que dans l'imaginaire collectif elles n'ont pas de rapports sexuels avec pénétration et encore moins avec des hommes", détaille Coraline Delebarre.

"La présomption d'hétérosexualité de ces femmes les force aussi au coming-out", ajoute-t-elle. "Toutes ne sont pas armées de la même manière pour pouvoir faire face à ces situations. Certaines préfèrent les éviter". Et donc, renoncer à leur santé. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sexo Sexe Sexualité
Pour ne rien manquer
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792647381
Sexe : quand les clichés sur le sexe lesbien affectent la santé des femmes
Sexe : quand les clichés sur le sexe lesbien affectent la santé des femmes
MASTERS OF SEX - Coraline Delebarre, psychologue et sexologue, explique en quoi les représentations dans l'imaginaire collectif autour du sexe lesbien ont un impact réel sur la santé de ces femmes.
http://www.rtl.fr/girls/love/sexe-quand-les-cliches-sur-le-sexe-lesbien-affectent-la-sante-des-femmes-7792647381
2018-04-17 14:03:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/aXM_0uBuA9cYy0M0EeDEWQ/330v220-2/online/image/2018/0416/7793035308_les-femmes-lesbiennes-sont-les-grandes-absentes-de-la-prevention-sexuelle.jpg