4 min de lecture Thor

"Thor : Ragnarok" : que vaut le dernier volet de la saga dédiée à Thor ?

NOUS L'AVONS VU - "Thor : Ragnarok" réconciliera les fans avec le dieu d'Asgard dans cette aventure pop en hommage au style de Jack Kirby. Garantie sans spoilers.

"Thor : Ragnarok" sort en salles ce 25 octobre
"Thor : Ragnarok" sort en salles ce 25 octobre Crédit : Marvel
Capucine Trollion
Capucine Trollion
Journaliste RTL

En 2017, Thor quitte Asgard pour un univers complètement déjanté. Dans Thor : Ragnarok, le dernier volet de la saga qui lui est consacré, notre héros aux cheveux blonds se retrouve sans son célèbre marteau sur la planète Sakaar. Une sorte de repaire des âmes perdues, dirigée par l'excentrique Grand Maître (excellent Jeff Goldblum) fan de combats de gladiateurs à la romaine. On est loin des scénarios de Thor et Thor : Le Monde des ténèbres, et ce n'est pas pour nous déplaire.

Avec Thor : Ragnarok, le réalisateur Taika Waititi propulse le fils d'Odin et ses compagnons 
l'univers des Gardiens de la Galaxie de James Gunn. Grâce couleurs flashy (hommage à Jack Kirby, le co-créateur de Thor), l'humour omniprésent et une bande-son qui vous fera danser, on est loin d'une catastrophe.

À lire aussi
Thor et Brunce Banner dans "Thor : Ragnarok" thor
"Thor : Ragnarok" : les 7 révélations à retenir du film

Habitué des comédies indépendantes (Vampires en toute intimité), Taika Waititi réussi son coup : il assume de livrer au public une comédie d'aventure, plutôt qu'un simple film d'aventures. Si la recette Marvel qu'on connaît depuis quelques années (humour et scènes de combats frénétiques) ne change pas, Taika Waititi donne (enfin) du peps à la franchise Thor et signe surtout le meilleur volet de la saga.

>
Thor : Ragnarok - Nouvelle bande-annonce (VOST)

Un virage pop réussi grâce aux personnages

Thor : Ragnarok doit beaucoup à ses protagonistes. On sent qu'ils s'amusent (les dialogues sont improvisés à 80%) et cela fonctionne. Thor n'est plus le dieu tête à claques qu'on a rencontré dans le premier volet, ni l'amoureux transi du Monde des Ténèbres. Taika Waititi lui supprime en plus rapidement deux de ses attributs : le Mjöllnir et ses cheveux longs, preuve que le dieu n'est plus intouchable. Certains fans pourraient trouver que Taika Waititi le ridicule un peu trop, mais ce changement relance bien la franchise qui est l'une des moins appréciées de Marvel au cinéma.

Loki est toujours fidèle à lui-même : opportuniste et peu fiable. On sent d'avance lorsqu'il prépare un mauvais coup puisqu'il a gardé la même stratégie depuis Avengers en 2011. Mais au moment où on pourrait commencer à se lasser, il sort son épingle du jeu. En 2017, Loki arrive enfin à dépasser son rôle du petit garçon jaloux de son grand frère.

Dans Thor : Ragnarok, c'est aussi la première fois qu'on entend parler Hulk (qui grogne dans les précédents films). Dommage qu'il soit un peu trop bébête comparé à sa version dans le comics Planète Hulk, dont s'inspire le film. Mais, les fans découvriront enfin ce qui s'est passé pour le géant de Marvel après la Sokovie d'Avengers 2 : L’Ère d'Ultron.

Des personnages féminins pas clichés et convaincants

La déesse Héla (Cate Blanchett) est excellente. Pour une première super-méchante dans un film Marvel, après Ayesha des Gardiens de la Galaxie 2, elle met la barre très haut. Avide de pouvoir, elle savoure son retour à Asgard. Encore mieux, elle  ne tombe pas dans le cliché des super-méchantes au cinéma, souvent aigries : elle est une personnage fantasque. Elle rit très fort, écrabouille et transperce ses ennemis et se moque de Thor et Loki. 

Le second personnage féminin est la guerrière Valkyrie (Tessa Thompson). Loin d'être une demoiselle en détresse, elle est la seule personne qui peut aider Thor, Loki et Hulk à s'échapper. C'est aussi la première fois dans un film Marvel qu'une super-héroïne passe un bon moment à tituber. Grinçante, indépendante, elle a tout pour plaire les fans.

Mais, une intrigue qui pèche par moments

Au-delà de la mise en scène très pop, on se rend compte que l'intrigue pèche un peu, car la plupart des blagues ont été vues dans les bandes-annonces. Elles perdent ainsi en intensité et certaines tombent même à plat. Un peu comme dans Les Gardiens de la Galaxie 2 où certaines blagues tirées à l'extrême exaspèrent un chouïa. 

Cet humour qu'on apprécie, dessert aussi une partie de l'intrigue. Finalement, la perte du Mjöllnir n'est pas si dramatique pour Thor, qui est encore plus puissant les mains libres. Héla est tournée en dérision par le dieu d'Asgard alors que l'heure est grave pour notre héros. Quant au Ragnarok, l'arc le plus sombre des comics de Thor, il n'est plus vu comme une catastrophe, alors qu'on parle quand même de la fin de la civilisation asgardienne. Enfin, certains effets spéciaux pourraient vous piquer les yeux, même si vous en prendrez plein la vue sur Sakaar et Asgard.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Thor Cinéma Super
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790669419
"Thor : Ragnarok" : que vaut le dernier volet de la saga dédiée à Thor ?
"Thor : Ragnarok" : que vaut le dernier volet de la saga dédiée à Thor ?
NOUS L'AVONS VU - "Thor : Ragnarok" réconciliera les fans avec le dieu d'Asgard dans cette aventure pop en hommage au style de Jack Kirby. Garantie sans spoilers.
http://www.rtl.fr/culture/super/que-vaut-thor-ragnarok-le-dernier-volet-de-la-saga-dediee-a-thor-7790669419
2017-10-26 12:23:00
http://media.rtl.fr/cache/qxGO5kqbAVJBopNKLYATGw/330v220-2/online/image/2017/1023/7790640685_thor-ragnarok-sort-en-salles-ce-25-octobre.jpg