5 min de lecture Télévision

Isabelle Morini-Bosc : "La remontée en puissance des séries vient de l'usure des divertissements"

ÉDITO - Isabelle Morini-Bosc fait une analyse du succès des séries made in France, et rappelle que la fiction française a toujours été prolifique.

"Camping Paradis" est un succès incontestable depuis 9 saisons sur TF1
"Camping Paradis" est un succès incontestable depuis 9 saisons sur TF1 Crédit : JEAN PIERRE AMET / TF1
Isabelle Morini-Bosc
Isabelle Morini-Bosc Journaliste RTL

Pas de doute, les fictions françaises nous plaisent. Oui, les frictions des fictions, on aime. Il suffit, pour s'en convaincre, de regarder les audiences du weekend sur la Deux et la Trois, avec des polars régulièrement deuxièmes, comme le délicieux Crime dans les Alpilles, diffusé samedi 11 novembre. 

Je vais d'ailleurs le rabâcher, nous avons toujours eu de bonnes fictions, en tous les cas nettement moins mauvaises que certains le prétendent par principe, snobisme et sottise. Car il y a effectivement un certain snobisme, ou plutôt un snobisme certain, à prétendre que la "fiction française commence seulement aujourd'hui à être ambitieuse et de qualité". 

Il y va, en fait, de l'histoire de la télé comme de l'histoire tout court : ce n'est pas parce qu'elle ne nous intéresse pas, qu'elle n'existe pasIl n'est ainsi pas nécessaire d'avoir vécu avant 1980 pour savoir que les sagas (Au plaisir de dieu par exemple), les unitaires, les feuilletons (Janique Aimée, Noelle aux 4 vents, Vive la vie, etc.), les polars (Belphegor, Rocambole, les compagnons de Jéhu etc.) ont commencé en même temps que la télévision. Les scandales aussi, d'ailleurs. 

La remontée en puissance a commencé avec l'usure des divertissements

Isabelle Morini-Bosc
Partager la citation

La silhouette furtivement nue de la comédienne Nicole Paquier avait ainsi fait "grimper au rideau" des parents bien décidés à enfouir l'actrice dans ce même tissu. Oui, petit écran et grandes fictions vont ensemble comme les glands vont avec les chênes. Tout au plus peut-on dire qu'il y a nettement plus de glands dans les médias ! Et si on a jadis un peu négligé ce secteur, c'est parce que chaque décennie est marquée par un genre différent. 

Après les variétés toutes puissantes dans les années 70-80-90, le "reality-show" s'est imposé... qu'on nous a imposé, tout paraissant "préfabriqué" en comparaison. Pourquoi payer des acteurs quand les gens jouaient eux-même leur histoire dans Psyshow ? Ceux qui n'aimaient pas se repliaient sur Navarro et Julie Lescaut, si légitimement puissants qu'on les croyait tout seuls. Il y avait pourtant, même là, des personnages remarquables et remarqués (comme Zabou Breitmann et Bernard Yerlès dans Les Duettistes). 

La remontée en puissance a commencé avec l'usure des divertissements, et l'avènement d'une télé-réalité plus télé que réalité. Et cette reconquête a été tous azimuts; elle l'est toujours, entre la série chic-et-choc adorée à l'étranger (Engrenages,  Un Village françaisLe Bureau des légendes); la série familialo-fédératrice avec des héros ou anti-héros auxquels on s'attache (Caïn, Candice Renoir, etc.); la série "de précision" dont les dialogues exquis sont aux intrigues ce que le pinceau à un poil est aux figurines miniaturisées : cela ne mérite pas  l'a-peu-près (Les Petits meurtres, Mongeville version Jacques santamaria, ou 10 pour cent). 

À lire aussi
"Camping Paradis" est un succès incontestable depuis 9 saisons sur TF1 Télévision
Isabelle Morini-Bosc : "La remontée en puissance des séries vient de l'usure des divertissements"

Sans oublier les oeuvres sociétales sur l'autisme (Le cerveau d'Hugo), la pédophilie, le viol (La consolation) ou l'homosexualité. Attention à ne pas gommer non plus les comédies déjantées (La Smala, avec les croque-morts bons-vivants) ou reposantes avec des "héros-doudous" comme Tom, le patron du Camping paradis (5.700.000 fidèles lundi soir). En choisissant ce programme, on sait ce qu'on va voir... et on est content de le voir ! 

Le public veut du terroir et a ses chouchous

Les dialogues sont aussi relâchés qu'une vieille corde à linge ? On s'en fiche, on est en visite au camping comme dans la vraie vie! L'apparition d'un autre phénomène a tout de même renforcé le désir de fictions "franco-françaises" : l'inquiétude grandissante vis-à-vis du monde qui nous entoure. C'est fini, les 30 glorieuses sans chômage ni sida ni glyphosate. Le monde n'apportant pas le bonheur promis, chaque pays chouchoute sa production nationale. Patrimoniale. Est-ce un repli ? Pas sûr. Une redécouverte ? Sûrement. 

"Plus mon petit Liré que le Mont Palatin", disait Du Bellay. On veut le monde à "échelle humaine", le terroir plus que le territoire : d'où le succès du Sang de la vigne, du polar provincial du samedi (Magellan, etc.), de la comédie policière du vendredi tournée en province (Cherif à Lyon, etc.). Le téléspectateur a aussi ses "actrices-porte-bonheur-patte de lapin"comme Laetitia Milot (La Vengeance aux yeux clairs) qu'il aime où qu'elle soit, par amour et par principe. 

Enfin, le public télé sait qu'il aura en plus droit (s'il le veut) à des fictions de prestige jouées par des acteurs de cinéma que le cinéma déçoit. Le petit écran respecte en effet, lui, la règle autrefois fixée par Gabin: "Un film, c'est d'abord une histoire, ensuite une histoire, enfin une histoire". Qu'elle soit futuriste comme dans Trepalium (Arte), ou tirée des best-sellers de Harlan Coben (TF1). Une chose est sûre, une télé sans fictions "bien de chez nous", ce serait comme un vélo avec des roues voilées : bancal ! Et j'en connais... un rayon. Forcément ! 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Télévision Médias
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790963094
Isabelle Morini-Bosc : "La remontée en puissance des séries vient de l'usure des divertissements"
Isabelle Morini-Bosc : "La remontée en puissance des séries vient de l'usure des divertissements"
ÉDITO - Isabelle Morini-Bosc fait une analyse du succès des séries made in France, et rappelle que la fiction française a toujours été prolifique.
http://www.rtl.fr/culture/medias-people/pour-isabelle-morini-bosc-la-montee-en-puissance-des-series-vient-de-l-usure-des-divertissements-7790963094
2017-11-14 21:14:00
http://media.rtl.fr/cache/1RYSNGKs6uhc6ixjBkOn8A/330v220-2/online/image/2017/1114/7790963431_camping-paradis-est-un-succes-incontestable-depuis-9-saisons.jpg