3 min de lecture Perché

Le jugement majoritaire peut-il rendre l'élection présidentielle plus démocratique ?

"Vote utile", "vote sanction"...Le mode de scrutin uninominal majoritaire à deux tours fait de plus en plus l'objet de critiques. Une technique mise au point part deux chercheurs pourrait palier ses lacunes.

Des bulletins de vote (image d'illustration).
Des bulletins de vote (image d'illustration).
Benjamin Pierret

C'est une idée qui germe. Celle que le scrutin uninominal majoritaire à deux tours, qui régente les élections présidentielles de la Ve république, n'est peut-être pas la meilleure manière de rendre compte des préférences du peuple. En effet, deux grandes critiques sont avancées contre ce système : il oblige les électeurs à ne porter leur choix que sur un candidat, et surtout il pourrait pénaliser les aspirants présidents les plus appréciés. 

Rida Laraki et Michel Balinski, tous les deux chercheurs au CNRS et professeurs à l'École Polytechnique, ont mis au point un nouveau mode de scrutin censé palier les faiblesses du premier : le jugement majoritaire. Un système au sujet duquel ils écrivent pour la première fois en 2007 qui se propose de contrer tous les travers du scrutin uninominal à deux tours. 

L'antidote à 2002

21 avril 2002, soir du premier tour de l'élection présidentielle. La France assiste, médusée, à la surprenante percée du Front national. Avec 16,9 % des suffrages exprimés, Jean-Marie Le Pen supplante Lionel Jospin et est qualifié pour le second tour face au président sortant Jacques Chirac. Une première manche d'autant plus étonnante que Lionel Jospin était présenté comme vainqueur par les sondages. Les résultats du second tour finissent de révéler la fausse popularité de Jean-Marie Le Pen : 17,8 % des voix pour l'ancien président du FN contre 82,2 % des bulletins en faveur de Jacques Chirac

À lire aussi
Uber a perdu 2,8 milliards de dollars en 2016 transports
Uber présentera son projet de taxi-volant en 2020

Comment le favori des pronostics s'est-il retrouvé éliminé dès les premiers votes ? Sa défaite est vite attribuée à la présence d'autres candidats de gauche qui, s'ils ont remporté très peu de voix, ont malgré tout fait pencher la balance en retirant des votes cruciaux à l'ancien Premier ministre. Un aléa propre au scrutin uninominal à deux tours, qui s'accompagne de deux autres principaux problèmes : la contrainte du vote utile et celle du vote protestataire. Autant de tactiques qui viennent parasiter les votes, et auxquelles le système du jugement majoritaire se propose de remédier. 

Des mentions pour les candidats

Au lieu de porter son choix sur un seul candidat, le jugement majoritaire propose aux électeurs d'attribuer une mention à chacun des candidats, allant par exemple de "Très bien" à "À rejeter". Ensuite, pour chacun des candidats, on trouve la mention médiane, celle qui a obtenu au moins 50 % des suffrages. Celui qui a obtenu la meilleure mention médiane est élu. Un système parfaitement expliqué dans cette vidéo YouTube de la chaîne ScienceEtonnante, visionnée plus de 330.000 fois

>
Réformons l'élection présidentielle ! — Science étonnante #35

De fait, les opinions des électeurs sont mieux représentées car ils sont invités à donner leur ressenti sur tous les candidats. Le vote utile et le vote contestataire pourraient perdre en utilité puisque chaque mention compte ; les vrais favoris des votants auraient alors plus de chances d'accéder à la victoire, sans être menacés par la perte de voix au profit de petits candidats. 

Un processus long et compliqué

Si la solution semble idéale, il y a peu de chances de voir une refonte du système aboutir très rapidement. "La Constitution permet la modification du scrutin des élections législatives par loi ordinaire", rappelle Olivier Passelecq, maire-adjoint du 6e arrondissement de Paris, professeur de l'Institut de préparation à l'administration générale de l'université d'Assas et auteur de Modes de scrutin et systèmes électoraux édité par La Documentation française. Il cite l'exemple de François Mitterrand en 1986, qui instaure un scrutin proportionnel à un seul tour. Pour les élections présidentielles, en revanche, "c'est une autre paire de manche", affirme-t-il pour RTL Futur

Une modification du mode de scrutin à court terme me semble impossible

Olivier Passelecq, constitutionnaliste
Partager la citation

Le mode de scrutin uninominal à deux tours est prévu par l'article 7 de la Constitution. De fait, celle-ci doit être révisée pour pouvoir envisager une réforme du scrutin. Comme l'explique Olivier Passelecq, la réforme doit être votée par le Sénat et l'Assemblée nationale. Si le vote des deux chambres est conforme, il y a deux solutions : soit un référendum est proposé, soit le président réunit l'Assemblée nationale et le Sénat en congrès à Versailles. Ils doivent alors se prononcer à la majorité des 3/5 du suffrage exprimé : "Un processus long et compliqué", conclut l'expert. "Un changement me semble impossible à court terme." 

Le constitutionnaliste reconnaît cependant que le mode de scrutin uninominal à deux tours n'est plus adapté, car il propose "une bipolarité dans un monde qui ne l'est plus". S'il est favorable à une modification qui permette d'"outrepasser le risque d'avoir un candidat extrême au pouvoir", il évoque une autre possibilité, sans aller jusqu'à un bouleversement total du mode de scrutin en vigueur : "On pourrait modifier la règle de l'article 7 selon laquelle seuls deux candidats s'affrontent au second tour." Une élection triangulaire qui permettrait plus de représentation. Envisageable dans un futur... plus ou moins proche

La rédaction vous recommande

 

Lire la suite
Perché Fil Futur Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787151237
Le jugement majoritaire peut-il rendre l'élection présidentielle plus démocratique ?
Le jugement majoritaire peut-il rendre l'élection présidentielle plus démocratique ?
"Vote utile", "vote sanction"...Le mode de scrutin uninominal majoritaire à deux tours fait de plus en plus l'objet de critiques. Une technique mise au point part deux chercheurs pourrait palier ses lacunes.
http://www.rtl.fr/culture/futur/jugement-majoritaire-un-nouveau-mode-de-scrutin-plus-representatif-7787151237
2017-04-15 11:00:00
http://media.rtl.fr/cache/kS5D6S0of_OUK2ssROwgyw/330v220-2/online/image/2015/1209/7780793560_des-bulletins-de-vote-image-d-illustration.jpg