2 min de lecture Police

Des policiers manifestent avec le visage dissimulé, Twitter s'en émeut

VIDÉOS - Pour ne pas être reconnus et potentiellement suspendus par leur hiérarchie, des policiers se cachent le visage, ce qui est pourtant interdit par la loi.

Des policiers manifestant dans la rue à Paris, le 20 octobre 2016
Des policiers manifestant dans la rue à Paris, le 20 octobre 2016 Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
JulienAbsalon1
Julien Absalon
Journaliste RTL

Des policiers hors-la-loi. Pour exprimer leur "ras-le-bol" face aux récentes violentes agressions contre plusieurs de leurs collègues, notamment à Viry-Châtillon, Mantes-la-Jolie et Vénissieux, mais aussi pour dénoncer l'action des magistrats et du gouvernement, des agents de police organisent des rassemblements nocturnes dans plusieurs villes de France. Soutenus par de nombreuses personnalités politiques, les manifestants sont en revanche dans le collimateur de leur hiérarchie. "La police nationale n'a pas le droit de grève", a rappelé le directeur de la police nationale, Jean-Marc Falcone, au micro de RTL.

Pour ne pas être identifiés et éventuellement sanctionnés pour être sortis de leur devoir de réserve, s'appliquant à tout fonctionnaire, plusieurs policiers en civil n'hésitent pas à se dissimuler le visage avec des cagoules, des écharpes ou des foulards qui ne laissent apparaître que leurs yeux. Une photo prise par l'agence AFP (en illustration de cet article, ndlr) montre même un manifestant avec le bas d'un foulard représentant une tête de mort, ce qui avait valu à un militaire de la Légion étrangère d'être sanctionné par l'état-major de l'armée de Terre. 

Quoi qu'il en soit, les policiers concernés n'agissant pas dans le cadre de leur activité professionnelle, ils tombent sous le coup de la loi interdisant à tout individu la dissimulation du visage dans l'espace public, et donc lors de manifestations. "Nul ne peut, dans l'espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage", indique ainsi l'article 1 de la loi n°2010-1192 du 11 octobre 2010 qui prévoit également une amende de 150 euros maximum. Lorsque la dissimulation est faite "volontairement" dans le cadre d'une manifestation pour que la personne en cause ne soit "identifiée dans des circonstances faisant craindre des atteintes à l'ordre public", cette infraction constitue un délit pénal puni d'une amende maximale de 1.500 euros et 3.000 euros en cas de récidive.

À lire aussi
Un policier américain à Saint-Louis, aux États-Unis (illustration) États-Unis
États-Unis : victoire pour un shérif opposé à l'échangisme conjugal de ses agents

Si des troubles à l'ordre public ne semblent pas avoir été constatés pour l'heure dans le cadre de ces manifestations policières spontanées, non autorisées par les préfectures, la dissimulation du visage des fonctionnaires de police a du mal à passer auprès de nombreux internautes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police Manifestations Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7785386816
Des policiers manifestent avec le visage dissimulé, Twitter s'en émeut
Des policiers manifestent avec le visage dissimulé, Twitter s'en émeut
VIDÉOS - Pour ne pas être reconnus et potentiellement suspendus par leur hiérarchie, des policiers se cachent le visage, ce qui est pourtant interdit par la loi.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/videos-des-policiers-manifestent-avec-le-visage-dissimule-twitter-s-en-emeut-7785386816
2016-10-21 13:01:51
http://media.rtl.fr/cache/Lzmg5M1wprG7bdI3ZRK7PA/330v220-2/online/image/2016/1021/7785386898_des-policiers-manifestant-dans-la-rue-a-paris-le-20-octobre-2016.jpg