Radicalisation : l'Éducation nationale évoque "600 élèves considérés comme dangereux"

Selon Najat Vallaud-Belkacem, les chiffres dévoilés par l'Éducation nationale ne veulent pas dire "que chacun de ces élèves est dangereux".

Najat Vallaud-Belkacem quittant l'Élysée en juillet 2016
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Najat Vallaud-Belkacem quittant l'Élysée en juillet 2016

Le Parti socialiste n'est pas encore en ordre de marche pour la campagne présidentielle de 2017, mais Najat Vallaud-Belkacem commence déjà à défendre le "bilan de qualité" de son président qu'elle aimerait voir candidat. La ministre de l'Éducation nationale en profite aussi pour défendre son bilan et afficher des ambitions pour le monde de l'enseignement français qui vont bien au-delà de 2017.

Invitée de BFMTV ce jeudi 22 septembre, Najat Vallaud-Belkacem a réaffirmé son engagement aux côtés de François Hollande, mais a aussi dévoilé des éléments concernant le cas de 600 élèves "considérés comme dangereux" par l'Éducation nationale. Une dizaine d'enseignants auraient aussi fait l'objet de signalements. Dans le contexte de menace terroriste, les services du ministère signalent en effet les "propos qui sont tenus, des comportements suspects" aux autorités. "Mais ça ne veut pas dire que chacun de ces élèves est dangereux".

Sur les bases de ces signalements, les différentes cellules de suivi préfectoral de la radicalisation vont enquêter pour déterminer la dangerosité réelle de ces jeunes et les suites à envisager. "Rien que récemment, vous avez au moins trois cas suivis en justice", explique ainsi la ministre en faisant référence aux adolescents interpellés dans l'enquête de la fausse alerte d'attentat à l'église de Saint-Leu à Paris.

Une loi pour rendre l'école obligatoire jusqu'à 18 ans

Au-delà de cet aspect sécuritaire, Najat Vallaud-Belkacem est revenue sur sa volonté de rendre l'école obligatoire de 3 à 18 ans, en précisant qu'il "ne s'agit pas d'une réforme qui a vocation à être faite avant la fin de ce quinquennat". Pour elle, cela doit être un chantier prioritaire de l'Éducation nationale pour ces prochaines années, car "on est dans un pays dont nous devons élever le niveau de qualification. Vous voyez bien les métiers qui nous attendent pour demain, la compétition internationale, tous les pays sont dans la course à l'élévation du niveau de qualification de leur population".

Avec cette mesure Najat Vallaud-Belkacem veut s'adresser aux jeunes "qui n'ont pas de solution sur le marché du travail et pas de qualification. Nous devons trouver des solutions pour que les jeunes aillent à l'école jusqu'à 18 ans". Elle envisage même le vote d'une nouvelle loi pour le "graver dans le marbre".

La rédaction vous recommande
par Michael DucoussoJournaliste
Suivez Michael Ducousso sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7784953251
Radicalisation : l'Éducation nationale évoque "600 élèves considérés comme dangereux"
Radicalisation : l'Éducation nationale évoque "600 élèves considérés comme dangereux"
Selon Najat Vallaud-Belkacem, les chiffres dévoilés par l'Éducation nationale ne veulent pas dire "que chacun de ces élèves est dangereux".
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/terrorisme-l-education-nationale-a-signale-600-eleves-consideres-comme-dangereux-7784953251
2016-09-22 11:22:10
http://media.rtl.fr/cache/QJFwYBn74LDo2fP0ATxdxQ/330v220-2/online/image/2016/0829/7784643105_000-dm1ff.jpg