5 min de lecture Louis XIV

Et si Emmanuel Macron se prenait pour le Roi Soleil

REPLAY - Les similitudes entre le nouveau chef de l'État et Louis XIV sont plus nombreuses qu'il n'y parait.

Générique 3 La Revue de Presse La rédaction de RTL
>
Et si Emmanuel Macron se prenait pour le Roi Soleil Crédit Image : AFP / Charles Platiau | Crédit Média : RTLNET | Durée : | Date :
La page de l'émission
Adeline François
Journaliste RTL

Ah si Versailles m'était conté. Eh bien justement ce matin, Versailles m'est conté sous la plume d'un professeur d'histoire, Michel Vergé-Franceschi dans Marianne. "Versailles, écrit-il, ce château que le monde entier envie à la France au point de l'avoir imité partout sans arriver à le copier." À l'intérieur du château vivait un curieux couple. Un roi, Louis XIV, jeune, beau, séduisant avec une volonté de réformes confiées à Colbert. Aux côtés du Roi, une femme, la sienne, aimée envers et contre tous, quoique plus âgée que lui : Madame de Maintenon. "Le roi m'a honorée jusqu’à mes 70 ans passés", aime-t-elle à répéter.

Au début du règne, la France va mal, Louis XIV veut ouvrir le pays à la mondialisation, il veut du café de Martinique, du coton américain, des soies de Chine et d'Inde. Il veut conquérir les marchés , il construit la galerie des Glaces pour arracher le monopole du verre à Venise, il construit la manufacture des Gobelins pour arracher le velours à Gênes et les tapisseries aux Flandres.

À lire aussi
Le Louis XIV est aujourd'hui devenu un restaurant de la chaîne Hippopotamus crime
L'affaire du Louis XIV

Le roi ouvre le royaume sur le monde. Il multiplie aussi les ordonnances sur le commerce, la marine. Et si Emmanuel Macron se prenait pour le Roi Soleil, c'est à lire dans Marianne cette semaine,

Quand "Le Figaro" énerve la droite et ses lecteurs

Le Figaro, quotidien conservateur, se voit accusé de mettre en scène, jour après jour, le triomphe de la macronie et ça commence à fâcher une bonne partie de la droite orpheline de son journal favori. "Le Fig est devenu un torchon pro gouvernemental", s'énerve un ancien porte-parole de Fillon. "C'était le dernier journal de droite, maintenant il n'y en a plus aucun", se désole aussi Thierry Mariani.

Les lecteurs du Figaro font part, eux aussi, de leur énervement. Le service courrier croule sous les lettres furibardes. "Et si en fait l'identité brouillée du Figaro n'était que le reflet de la crise d'identité que traverse la droite française", suggère Marianne. Regardons la une du Figaro ce matin :"Loi travail, Macron mise sur la neutralité des syndicats". Et en sous-titre : "l'embarras de la droite devant la réforme.

Qui sait, les lecteurs de droite se rabattront peut être sur Libération qui titre : "Macron, un roi sans partage", ou sur le quotidien libéral l'Opinion, avec à sa une ce matin : "Macron se taille un parti sur mesure". Et ce dessin de Kak qui reprend le célèbre visuel des gramophones Pathé, avec le petit chien devant le gramophone dont la marque était bien sur "La voix de son maître", la marque a bien sûr été rebaptisée "Pathé Macronie".

Affaire Grégory : le mystère de l'église

Dans la presse aussi ce matin, non pas un château, mais une église avec un pléonasme à la une du Progrès : "Le mystérieux secret de l'église". Le journal revient sur la garde à vue de Murielle Bolle dans l'affaire Gregory et ce message énigmatique découvert il y a quelques jours dans le registre de l'église de Lépanges-sur-Volognes. C'est derrière cette église qu'est enterré Grégory Villemin.

Le mois dernier, une paroissienne qui donne des cours de catéchisme dans l'église, jette un œil au registre et son regard s'arrête sur un des derniers messages écrits. "C’est bien Bernard L. qui a tué Grégory, j’étais avec lui". Signé : Murielle Bolle ! La paroissienne alerte le maire qui prévient les gendarmes. Un expert en génétique analyse la page et y retrouve six traces d'ADN, l'un correspond à l'ADN prélevé sur Murielle Bolle il y a 8 ans.

Ordre est donné le 14 juin dernier de refaire un prélèvement d’ADN sur Murielle, qui ne va finalement pas correspondre avec celui du livre d'église. "Rebondissement surréaliste, à l’image de la démesure historique de l’affaire Grégory" dit l'Est républicain ce matin. Ce mot ne serait-il qu'une blague ? Le Monde de cet après-midi affirme que selon les enquêteurs, ce serait plutôt les confessions de quelqu'un qui sait la vérité et qui a voulu laisser un indice. Le Figaro de son côté affirme que sur les six traces d'ADN identifiés, l'une correspond à l'ADN d'un magistrat, qui a été en poste dans les Vosges puis en Meurthe-et-Moselle. Ce magistrat a fait partie de la vague de prélèvements qui ont eu lieu à plusieurs reprises dans cette affaire.

Les centres commerciaux ne veulent plus être moches

On tente de percer le mystère, non pas d'une église, mais des temples de la consommation, avec une réflexion passionnante que livre ce matin le site Slate sur l'industrie des centres commerciaux. Une industrie qui a rendu la France moche et contribué au déclin des centres-villes. Du coup les consommateurs s'en détournent, mais l'industrie a plus d'un tour dans son sac de shopping et  le salon de l'immobilier commercial qui se tient en ce moment à Paris donne un aperçu de ce qui se trame : la généralisation du modèle des centres commerciaux aux villes elles-mêmes, avec de plus en plus de centres commerciaux qui s'installent non pas en périphérie mais dans le cœur de ville.

Et fini le centre commercial boite à chaussures planté en zone artisanale, le centre du futur est beau, il est dessiné par des architectes célèbres, avec des allées à ciel ouvert et des puits de lumière partout, il s'étend dans le centre-ville. Bref il se décloisonne, si bien qu'on se demande comment on finira par le distinguer du reste de la ville. Jacques Attali disait que la France était un hôtel. Il est probable qu’elle devienne sous peu un immense centre commercial à ciel ouvert.

Courage... fuyons à la plage

Voilà sans doute un mystère que vous avez toujours rêvé de percer : comment construire un château parfait ? Pas le château de Versailles, non, LE château de sable parfait. Eh bien juste avant le début des vacances, des chercheurs viennent d'établir une formule scientifique qui pourrait bien vous aider. C'est à lire sur le site The Conversation, les secrets d'un sédimentologiste, c’est-à-dire un spécialiste du sable.

La formule magique : il faut un seau d’eau pour 8 seaux de sable sec. Si vous ne disposez pas de matériel scientifique, pas de panique ! Il vous faut simplement trouver un emplacement dans la bande de sable située entre la ligne de marée haute. Il y a ensuite une corrélation directe entre l’âge du constructeur, la taille de la pelle et la vitesse à laquelle l’ennui s’installe. La taille et la forme du seau ont aussi leur importance. Préférez les seaux simples et ronds.

Et tandis que vous construisez, gardez une pensée pour l’histoire, non pas seulement l’histoire imaginaire du château et sa cohorte de contes de fées hors d’âge, mais aussi l’histoire réelle du sable que vous manipulez. Chaque grain est en effet un fragment de roche qui encapsule une longue histoire de montagnes disparues, de rivières anciennes, de marécages et de mers infestées de dinosaures, de climats et d’événements du passé. Autant d’éléments qui racontent l’histoire de notre planète.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Louis XIV Versailles Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789151749
Et si Emmanuel Macron se prenait pour le Roi Soleil
Et si Emmanuel Macron se prenait pour le Roi Soleil
REPLAY - Les similitudes entre le nouveau chef de l'État et Louis XIV sont plus nombreuses qu'il n'y parait.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/et-si-emmanuel-macron-se-prenait-pour-le-roi-soleil-7789151749
2017-06-29 11:14:00
http://media.rtl.fr/cache/aaoxnx0EVxMNXfYmQo-qcQ/330v220-2/online/image/2017/0515/7788539927_emmanuel-macron-le-14-mai-2017-a-l-hotel-de-ville-de-paris.jpg