3 min de lecture Irak

Les dernières heures des journalistes morts à Mossoul

REPLAY - Samuel Forey, seul rescapé, raconte dans "Paris Match" les derniers instants avant l'explosion qui a coûté la vie à Véronique Robert, Stephan Villeneuve et Bakhtiar Haddad.

Amandine Begot La Revue de Presse La rédaction de RTL
>
Adeline François : les dernières heures des journalistes morts à Mossoul Crédit Image : AHMAD AL-RUBAYE / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

"Allez viens, on trouve 250.000 dollars chacun et on part mener la belle vie !" Ce fut leur dernière plaisanterie, la blague de Bakhtiar Haddad avec Samuel Forey quelques heures avant l'explosion de cette mine à Mossoul qui a tué trois journalistes, Véronique Robert, Stephan Villeneuve et Bakhtiar Haddad, leur fixeur. Samuel Forey, journaliste au Figaro, est le seul rescapé. Il est rentré à Paris le visage parsemé d'éclats, le regard encore troublé par l'effet du blast... Il raconte les dernières heures de ces trois confrères dans Paris Match en kiosque ce matin. Ce 19 juin, le petit groupe avance à pieds dans le dédale de ruelles étroites inaccessibles aux blindés et aux chars. Le colonel Mohanet, commandant de la fameuse division or, leur ouvre la voie, ils avancent derrière une escouade de soldats aux aguets. Objectif, rejoindre une école pour jeunes filles où se massent les troupes. Ils y parviennent, attendent de longues heures la fin du déluge de feu. Ils plaisantent ensemble. Stephan apprend à Samuel à manier le Nikon d'occasion qu'il vient de s'offrir.

Puis le groupe repart en direction de la mosquée de Mossoul. Trop de poussière pas de visibilité, ils font demi-tour pour se replier vers l'école. L'équipe se retrouve dans une rue à découvert et part s'abriter contre un petit local adossé à l'école mais dont l'ouverture est pleine de gravats. Samuel entend le fixeur crier : "Fais gaffe, y a peut-être une mine". Puis c'est le noir. Tout explose. Samuel est le seul encore debout, il voit ses confères au sol, hurle en arabe qu'on leur porte secours. Les ambulances arrivent, Samuel tient la main de Véronique. Faute de sirène, le convoi ouvre le passage en tirant en l'air. Bakhtiar, Stephan et Véronique ne verront pas Mossoul libéré. Samuel raconte que Bakhtiar croyait fermement au destin, ce synonyme de fortune. Peut-on penser autrement et faire ce métier ? 

Sarkozy adoube Wauquiez

Dans la presse aussi ce matin, la bonne fortune en politique. Oui, vos journaux ironisent sur la sinuosité du parcours de François de Rugy devenu hier le quatrième personnage de l'État en accédant au perchoir. "Enfin président", titre Le Parisien-Aujourd'hui en France, qui évoque le "candidat malheureux à la primaire de la gauche". Alain Dusart dans L'Est Républicain évoque "un navigateur hors pair : en 20 ans, il est passé de Génération Écologie créée par Brice Lalonde à En Marche". "Que voulez-vous, renchérit Yann Marec dans le Midi Libre, il y aura toujours un écolo à moins de 5% pour décrocher un maroquin !" Conclusion de Pascal Coquis dans les DNA : "En politique comme en écologie, le recyclage est une notion importante."

À lire aussi
Une combattante des forces kurdes de Syrie (YPG) à Raqqa, le 21 juin 2017 (Illustration) Irak
Irak : un crime de guerre commis par les forces kurdes ?

Laurent Wauquiez, lui, ne connait pas pour l'instant la même fortune. Le Figaro révèle qu'il a déjeuné cette semaine dans un restaurant parisien avec Nicolas Sarkozy. "Tu dois rassembler, tu sauras le faire", a dit l'ancien président à son ancien ministre. Un conseil qui accrédite la mise sur orbite de Wauquiez pour la présidence du parti Les Républicains. Confidence de Wauquiez au Figaro : "C'est un beau combat, on part de rien, tout semble mort mais toute forme d'espoir n'est pas perdue. Quelque part au fond de la galaxie survit un petit camp irréductible." Fin de citation.

Les riches de plus en plus riches

Un autre petit camp fait la une, celui des ultras-riches. "Fortunes", le mot est écrit en lettres majuscules et au pluriel sur la couverture de Challenges en kiosque ce matin. Comme chaque année, le mensuel publie son classement des personnalités les plus riches de France. "Celui-là est un peu particulier, c'est le 20e, 20 ans que l'on observe l'évolution du patrimoine de ces ultra-riches et le constat saute aux yeux, ils vont bien !" Le nombre de milliardaires en France a explosé en deux décennies, passant de 11 à 92, et la valeur des 500 fortunes est, elle, passée de 80 à 570 milliards. L'incarnation de cette flambée c'est Bernard Arnault, le patron de LVMH, l'homme le plus riche de France a multiplié en 20 ans sa fortune par 17. S'en réjouir ou s'en désoler ? "Ces chiffres, écrit Challenges, témoignent du formidable essor des entreprises au bénéfice de leurs actionnaires alors que sur ces deux décennies, le PIB de la France n'a fait que doubler. Le patrimoine médian des Français lui a stagné en 20 ans, sous les 160.000 euros. De quoi exciter les polémiques, de quoi réveiller Tocqueville qui parlait de 'la passion française pour l'égalité'."

Quelques pages après le palmarès, Challenges s'intéresse d'ailleurs à la façon dont l'économie du partage gagne l'univers du luxe. Sites internet de revente de bijoux, de sacs, de montres d'occasion, plus besoin d'avoir le salaire d'un PDG du CAC 40 pour vivre comme les super riches ! On peut même louer leur yacht, comptez quand même 18.000 euros par jour pour un Mangusta 130. Si vous étiez riche, vous sauriez qu'il faut ajouter à cela le prix du carburant, 1.400 litres à l'heure. À défaut de se l'offrir, on rêvera devant les photos de Challenges, il faut toujours faire contre mauvaise fortune bon coeur...

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Irak Journalistes Presse
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789139497
Les dernières heures des journalistes morts à Mossoul
Les dernières heures des journalistes morts à Mossoul
REPLAY - Samuel Forey, seul rescapé, raconte dans "Paris Match" les derniers instants avant l'explosion qui a coûté la vie à Véronique Robert, Stephan Villeneuve et Bakhtiar Haddad.
http://www.rtl.fr/actu/international/les-dernieres-heures-des-journalistes-morts-a-mossoul-7789139497
2017-06-28 09:40:17
http://media.rtl.fr/cache/IbFYwC4thewg7zp3Pl-0lg/330v220-2/online/image/2017/0620/7789033336_000-pp5hz.jpg