"Daesh, paroles de déserteurs" : la machine de mort vue de l'intérieur

REPLAY - Le 15 mars sur "Arte", un documentaire donnera la parole aux anciens combattants qui ont réussi à fuir l'État Islamique. Ils racontent l'enfer qu'ils ont vécu.

>
"Daesh, paroles de déserteurs" : la machine de mort vue de l'intérieur Crédit Média : Rémi Sulmont Télécharger

Ce sont les déçus de l’État Islamique. Des combattants désillusionnés, des hommes choqués par les atrocités qu’ils ont parfois commises eux-mêmes. Il a fallu sept voyages en Turquie aux deux réalisateurs français pour convaincre cinq d’entre eux de témoigner. On le sent dans les 52 minutes de documentaire : ces déserteurs sont des hommes en sursis. Ils vivent en Turquie mais savent bien que la pieuvre de Daesh peut encore les rattraper. Aucun n'avoue vraiment avoir du sang sur les mains, mais tous racontent avoir eu un jour un déclic.

Ces hommes de 22 à 38 ans, qui ont cru au projet de l’État Islamique, ont un point commun : ils ont été arrachés aux griffes de Daesh par la même organisation appartenant à la résistance syrienne. Un tout petit groupe, appelé Thuwwar Raqqaqui, qui s’est spécialisé dans l’exfiltration des déserteurs. Le documentaire montre le travail de renseignement minutieux. L’organisation enquête sur ceux qui veulent fuir Raqqa, le fief de l’État Islamique. Les informateurs du réseau secret vérifient que Daesh ne leur envoie pas des espions.

Ces déserteurs ont encore le rêve d'un État Islamique pur qui appliquerait la Charia

Thoma Dandois, co-réalisateur du documentaire

Ils croyaient à l’État Islamique. Est-ce que ça signifie que ces déserteurs aujourd'hui n’y croient plus ? Non. Thomas Dandois, l’un des auteurs du film, nous l'a d’ailleurs dit : "On s’attendait à rencontrer des repentis. Mais c’était une vision d’occidental. Ces déserteurs ont encore le rêve d’un État Islamique pur qui appliquerait la Charia". Ces déserteurs traqués par l’État Islamique, embarrassent donc tout le monde. Y compris les ambassades occidentales qui préféreraient, selon les résistants syriens, que ces combattants désenchantés ne soient pas exfiltrés.

De moins en moins de déserteurs peuvent quitter les rangs de l’État Islamique, car ce dernier se méfie de plus en plus. "Le groupe Daesh est devenu totalement paranoïaque", indique David Thomson, spécialiste des jihadistes français. Seule une centaine de personnes, dont une dizaine de Français, auraient ainsi été exfiltrés par le groupe Thuwwar Raqqaqui. Ce n’est rien par rapport aux 25.000 combattants estimés de Daesh. Sauf s’ils se mettent à parler à des services de renseignement, et s’ils s'expriment comme dans ce documentaire sans commentaire qui est peut être le premier film de contre-propagande efficace contre l’État Islamique. Ce sont ceux qui ont combattu, qui ont adhéré au rêve fou de Daesh, qui racontent ici la machine de mort du groupe terroriste.

Daesh, paroles de déserteurs, de Thomas Dandois et François-Xavier Tregan, sera diffusé le 15 mars, à 20h55, sur Arte.

La rédaction vous recommande
LoïcFarge42
par Journaliste RTL
Suivez Loïc Farge sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782229519
"Daesh, paroles de déserteurs" : la machine de mort vue de l'intérieur
"Daesh, paroles de déserteurs" : la machine de mort vue de l'intérieur
REPLAY - Le 15 mars sur "Arte", un documentaire donnera la parole aux anciens combattants qui ont réussi à fuir l'État Islamique. Ils racontent l'enfer qu'ils ont vécu.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/daesh-paroles-de-deserteurs-la-machine-de-mort-vue-de-l-interieur-7782229519
2016-03-07 11:34:00
http://media.rtl.fr/cache/dmE6Dt85wnqZP8Vs5WQWVg/330v220-2/online/image/2016/0307/7782229921_drapeau-de-l-etat-islamique-illustration.jpg