2 min de lecture Front national

Soupçons d'emplois fictifs au FN : perquisition houleuse au siège du parti

Selon "Le Monde", les enquêteurs ont subi provocations et menaces de la part de Marine Le Pen et des membres du FN au cours d’une perquisition en février dernier.

Le siège du Front national à Nanterre.
Le siège du Front national à Nanterre. Crédit : CHRISTOPHE SIMON / AFP
François Quivoron
François Quivoron

La scène se déroule le 17 février dernier, au siège du Front national à Nanterre près de Paris. Ce jour-là, dans le cadre de l’enquête sur les emplois présumés fictifs des assistants parlementaires européens du FN, une perquisition est menée au "Carré", surnom donné au bâtiment. Face aux policiers de l’Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales, Marine Le Pen et des membres de son parti ont multiplié les provocations pour donner à la journée un caractère surréaliste, comme le raconte Le Monde.

Les enquêteurs se présentent à 9h45. D’emblée, la présidente du FN refuse de participer aux investigations. Quand ils approchent du bureau de Florian Philippot, ce dernier les accueille un téléphone portable à la main, les filme et les prend en photos. "Le député européen dit agir sur demande de sa présidente, à laquelle, reconnaît-il, il ne peut rien refuser", précise Le Monde. Le vice-président du FN finit par ranger son téléphone, mais Marine Le Pen prend la relève et filme à son tour les enquêteurs.

Marine Le Pen coince son téléphone dans son décolleté

La candidate du parti d’extrême-droite adopte alors un ton provocant et "se réjouit ouvertement de pouvoir alimenter de vidéos les réseaux sociaux", d’après le procès-verbal des policiers. Et au lieu d’arrêter de filmer, elle "coince son téléphone portable dans son décolleté de manière qu’il puisse toujours filmer et nous demande en souriant si on viendra le chercher", ajoutent les enquêteurs dans leur compte-rendu. "Eu égard à l’attitude de Mme Le Pen, il a été impossible de procéder à l’examen des supports informatiques de son bureau", déplorent-ils.

À lire aussi
Jean-Marie Le Pen, le président d'honneur du FN politique
Front national : changer le nom du parti, "une trahison" pour Jean-Marie Le Pen

La perquisition se poursuit dans l’après-midi. La tension est toujours palpable. Surtout quand Marine Le Pen et Jean-Lin Lacapalle, secrétaire général adjoint du FN, s’énervent après la supposée disparition d’un dossier portant la mention "Affaire Juppé". Il faut l’intervention de Nathalie Pigeot, chargée des fédérations du FN, pour ramener un semblant de calme : le dossier a été retrouvé.

Dans la soirée, l’atmosphère redevient tendue quand Jean-Yves Narquin, un assistant parlementaire, se met à hurler sur les enquêteurs, de "manière véhémente et menaçante", en leur reprochant d’avoir endommagé son téléphone portable. "M. Narquin présentait des signes d’énervement notoires, criant, gesticulant et dégageant une haleine à l’odeur alcoolisée", écrivent les policiers dans leur PV. Finalement, son téléphone était en parfait état de marche…

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Front national Marine Le Pen Perquisition
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787883143
Soupçons d'emplois fictifs au FN : perquisition houleuse au siège du parti
Soupçons d'emplois fictifs au FN : perquisition houleuse au siège du parti
Selon "Le Monde", les enquêteurs ont subi provocations et menaces de la part de Marine Le Pen et des membres du FN au cours d’une perquisition en février dernier.
http://www.rtl.fr/actu/politique/soupcons-d-emplois-fictifs-au-fn-perquisition-houleuse-au-siege-du-parti-7787883143
2017-03-30 11:52:00
http://media.rtl.fr/cache/DJaJlZR_fA1xK2rlf6DY3w/330v220-2/online/image/2017/0330/7787883205_le-siege-du-front-national-a-nanterre.jpg